Sexe : Avant, pendant et après la grossesse…

Petits veinards…

Jeunes et fougueux, une libido débor­dante et sauvagement lancée sur les rails du train à grande vitesse de l’amour : le tableau est plein de sensualité et d’effer­vescence, comme une fièvre délicieuse et suave qui s’empare inlassablement de vos deux corps.

Pour vous, le sexe est synonyme de plai­sir avant tout, de partage et de complici­té. A la fois tendres et féroces, vos ébats ne sont que le miroir de vos sentiments exaltés pour l’autre, qui ne cessent de grandir au fil du temps. Aucun tabou ni complexe, vous vous abandonnez avec délectation dans les bras de votre bien-aimé et pour le moment, c’est tout ce qui compte…

Jusqu’au jour où…

Puis voilà qu’un beau jour, dans nos petites têtes d’humains reproducteurs par nature, germe une idée, un besoin, une évidence. Une envie viscérale qui vous prend par les tripes et peut, par­fois, virer à l’obsession. Avoir un enfant, construire un foyer, faire un pas vers l’avenir : voilà maintenant votre nou­velle mission.

Côté sexe, la répercussion est manifeste et votre désir de l’autre se mue peu à peu en une volonté quasi animale « que ça marche… ». Tomber enceinte n’est pas aussi facile qu’il n’y paraît. Et si bon nombre d’entre nous ont une fertilité au beau fixe, ce n’est malheureusement pas le cas de toutes les femmes.

Quand tout coule de source, les gali­pettes sont un jeu, une rencontre im­promptue, un moment de symbiose et d’harmonie. Mais quand les événe­ments se compliquent quelque peu, que l’horloge ne cesse de nous abrutir de son Tic Tac dévorant, la sexualité bas­cule du côté de l’acharnement et perd sa notion subtile de spontanéité. C’est alors qu’il faut apprendre à faire la part des choses, à préserver cette intimité si précieuse qui tôt ou tard, pourra créer l’alchimie nécessaire à la conception de votre baby…

Les bonnes conditions.

Vous désirez vous lancer dans la grande aventure de la parentalité ? Mettez-y les formes. De nos jours, il existe des tests d’ovulation suffisamment précis pour booster vos chances de tomber enceinte. Quand le moment fatidique approche, organisez-vous des petits moments coquins et/ou romantiques (c’est selon les goûts…), chez vous ou dans une cabane perchée par exemple, et laissez-vous submerger par de di­vines sensations. Et surtout… pas de pression !

Le trou noir

Les premiers mois de grossesse de la vie d’une femme sont suffisamment bouleversants pour qu’elle se préoc­cupe de savoir ce qu’il se passe dans sa petite culotte. Entre le chambarde­ment des hormones face auxquelles nous ne sommes pas toutes égales, les nausées matinales, le corps qui prend déjà de nouveaux (satanés!) repères et l’esprit déjà à la layette : le sexe devient une option que l’on range souvent dans un placard, pour le ressortir que quelques semaines plus tard.

Pas d’inquiétudes pour autant, cette impression de « dégoût » ou de perte de la libido est tout à fait normale, et les deux partenaires devront faire preuve d’un peu de patience (et de beaucoup de compréhension) pour traverser ce terrible passage à vide.

Prenez le temps d’embrasser votre nouvelle vie de future maman, d’ap­prendre à connaître et à dompter cette silhouette qui est en train de s’échap­per, pensez cocooning et tout se pas­sera pour le mieux…

Une libido débordante

C’est au cours du quatrième mois de grossesse qu’une femme recouvre en règle générale ses envies de cabrioles. Bienheureux futur papa qui retrouve alors sa tendre moitié et qui, lui aussi, part à la découverte du nouveau corps joliment arrondi qui s’offre à lui. Si la libido d’une femme enceinte peutfaire penser à la course folle d’un che­val parti au galop, il faut aussi savoir interpréter ses envies, et y répondre le plus délicatement possible.

Un bébé grandit vite dans le ventre de sa mère et bientôt, les exercices rocambolesques de gymnastique aux­quels vous étiez accros sont à mettre sur pause, pour adopter de nouvelles positions plus douces et confortables pour chacun des partenaires. La nature étant ce qu’elle est, il se peut aussi qu’à partir du sixième ou du septième mois, certaines futures mamans se voient conseiller par leurs sage-femmes une diminution significative des ébats, ou pire, leur arrêt soudain. Bien qu’il en aille de la vie de votre baby, il est par­fois difficile d’aller contre ses instincts et une sorte de frustration peut alors s’installer au sein du couple.

Signaux de détresse

Au cours de la grossesse, une femme peut changer radicalement d’apparence voire même de caractère. C’est ainsi et mieux vaut apprendre à faire avec plu­tôt que de la contrarier. Il arrive que les futures mamans perdent totalement confiance en elles et en leur sex-appeal. Comment montrer à l’autre ce corps que l’on n’accepte pas ? Le futur papa joue ici un rôle primordial, puisque c’est à lui de venir rassurer sa compagne, de lui montrer qu’il la désire toujours au­tant…

Il se peut aussi que le blocage survienne de l’homme (si, si, c’est possible!), qui peut totalement objecter le fait de faire l’amour, en présence d’un si gros bidou et accessoirement de son enfant. Cer­tains (les plus prétentieux…) ont aussi peur de faire mal au baby avec leur en­gin marteau-piqueur. Rassurez-vous de ce côté-là, à moins que vous n’ayez le col dilaté, cela ne se passe pas au même endroit…

Jeunes parents recherchent vie d’avant

Vous voilà maintenant parents. Et ce petit être miraculeux et sans défense que vous tenez dans vos bras, est votre enfant. Souvent accaparés par les petits doutes et gros tracas de la vie familiale avec laquelle vous faites timidement connaissance, le sexe devient fréquem­ment secondaire. Couplé au fait que votre sage-femme vous conseille d’être un peu patiente pour les câlins le temps que tout se remette en place côté bas-ventre, les nuits agitées de votre tout-pe­tit et les tétées qui n’en finissent plus : le lit conjugal n’est plus que l’ombre de lui-même.

Pourtant, pour le bien-être de votre couple (et le vôtre!), il ne faudra pas tarder trop longtemps avant de vous remettre en selle, au risque de perdre ce feu sacré qui vous animait jusqu’alors. Prendre son temps, c’est bien, mettre à la benne sa libido, c’est risqué.

Des questions en veux-tu en voilà !

« Je ne suis plus sexy, plus attirante, mes cheveux sentent le vomi et mon popotin ne désenfle pas… » Les jeunes mamans ont parfois besoin de temps pour s’accepter et reprendre confiance en elle. Il y a celles qui en deux temps trois mouvements reprennent leurs vies de Superwomen, avec la ligne qui va avec, et puis les autres, celles pour qui le rôle de maman prend le pas sur celui de la femme et là, c’est le drame.

Pour ne pas perdre le fil de votre com­plicité amoureuse, apprenez avant tout à faire la part des choses entre votre rôle de maman débordée et celui de femme. Prenez le temps de vous faire belle, de retrouver vos instincts de sé­ductrice, de l’aimer… Car pour votre chéri aussi c’est un chamboulement important et mieux vaut ne pas qu’il devienne le spectateur frustré de votre nouvelle vie à trois. Retrouvez-vous en tête à tête, accordez-vous des mo­ments de tendresse que vous garderez jalousement rien que pour vous… En bref, ne vous oubliez jamais…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It on Pinterest