11 mai : les nouvelles précisions du gouvernement

Samedi matin se tenait un conseil des ministres visant à préciser le déconfinement de la population française qui débutera le 11 mai prochain. Un point presse fomenté par Christophe Castaner, Olivier Véran et Sibeth Ndiaye permet d’apporter quelques précisions, et confirme que l’état d’urgence sanitaire est prolongé de deux mois, jusqu’au 24 juillet. Le 7 mai prochain sera donc la date effective à laquelle nous saurons si oui ou non, le plan de déconfinement tel qu’il a été imaginé par le gouvernement pourra être mis en œuvre.

Le déconfinement ne sera pas un « pur simple retour en arrière » comme l’indique le ministre de la Santé.

Quarantaine et isolement

La quatorzaine et l’isolement ne seront obligatoires que pour les personnes entrantes sur le territoire national. Les conditions de quarantaine ou d’isolement ainsi que l’accés au suivi médical restent à l’étude.

Pour le reste de la population, le gouvernement fait le choix de la confiance et de la responsabilité. Le tracing des données médicales, organisés par les médecins généralistes (qui vont se transformer en véritables enquêteurs), l’Assurance maladie ou encore les Agences Régionales de Santé sera vraisemblablement en revanche une réalité. Ce système d’information permettra de retracer le mouvement du virus chez les cas contacts d’un patient atteint du coronavirus. Un fichier d’une grande priorité selon Olivier Véran, qui sera ficelé par des « brigades d’anges gardiens« .

L’application Stop Covid, techniquement très difficile à mettre en place, n’est plus à l’ordre du jour pour le moment.

Déconfinement et déplacements

« La lutte est dure » poursuit le ministre de l’Intérieur. « Progressivement, patiemment, prudemment« , voilà les mots qui accompagneront le déconfinement dès le 11 mai prochain.

Christophe Castaner appelle au civisme des Français. Dès le 11 mai, les attestations de sortie ne seront plus d’actualité. Cependant, le rayon de 100km autour du domicile est acté, hors motifs professionnels et situations impérieuses. La précision quant aux 100km à vol d’oiseaux ou routiers sera déterminée dans la semaine.

Le gouvernement réfléchit toujours à des possibilités de vérification et de sanction en cas de non respect de cette contrainte géographique.

Selon les départements, les conditions d’entrées dans les magasins pourront être plus ou moins flexibles, pour éviter la propagation du virus en fonction de la cartographie des territoires. Pour veiller à la bonne marche des règles édictées par le gouvernement, des brigades sanitaires seront mises en place, qui pourront alerter voire sanctionner en cas d’abus.

L’accès aux plages et au littoral reste pour le moment interdit et ne semble pas être à l’ordre du jour.

Le texte de loi sera voté mardi.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It on Pinterest