Déconfinement : le plan d’action du gouvernement dévoilé

Édouard Philippe s’est exprimé aujourd’hui à l’Assemblée nationale. L’objectif de cette prise de parole très attendue du Premier ministre, dévoiler les grandes lignes du plan de déconfinement du gouvernement. Le bilan, point par point.

Après un discours au ton laconique mais symboliquement plein d’espoir de Richard Ferrand, Président de l’Assemblée Nationale, le Premier ministre prend enfin la parole.

« Comment notre vie va reprendre… » Voilà l’introduction d’Édouard Philippe. Alors que le pays est confiné depuis le 17 mars dernier, le Premier ministre rappelle combien la situation, encore une fois, était complétement imprévisible. Toutefois, « si le confinement a été une étape nécessaire, s’il durait plus longtemps, il aurait des effets délétères« . « La décrue est engagée, régulière, lente ». La stratégie de confinement a vraisemblablement été, selon les chiffres avancés par le Premier ministre, un succès.

Un déconfinement attendu, mais aussi risqué et redouté

« Nous allons devoir vivre avec le virus« . Édouard Philippe rappelle que le virus va continuer indéniablement à circuler sur le territoire, sans vaccin ou traitement encore connu. Il y a évidemment un risque, lié au déconfinement, de voir l’épidémie repartir en flèche dans le pays. On parle alors d’une seconde vague qui pourrait imposer un nouveau confinement pour éviter de nouveau la saturation hospitalière.

« La circulation du virus n’est pas uniforme dans le pays« . Le Premier ministre évoque les différences entre les territoires. Ce sera ici aux autorités locales, aux maires et aux préfets de définir les règles selon les départements, en fonction de leur impact Covid-19.

Protéger, tester, isoler

Protéger. Éviter d’être infecté ou d’infecter les autres, voilà la priorité du gouvernement. Pour limiter la contamination, le respect des gestes barrières et de distanciation sociale seront plus que jamais essentiels. Le port du masque obligatoire dans certaines situations est ainsi évoqué. Dès le 11 mai, les Français pourront s’équiper de masques dans une liste de commerces dédiés, comme les pharmacies, les bureaux de tabac et les magasins de grande distribution. Une distribution gratuite pour les personnes précaires ou encore les collégiens par exemple est prévue.

Tester. Là encore, les recommandations médicales ont été en dents de scie. A partir du 11 mai, 700 000 tests sérologiques seront réalisés par semaine. Une importante campagne de dépistage prise en charge par l’Assurance maladie est ainsi prévue. Les laboratoires à la fois publics et privés seront donc mobilisés à cette fin. Si après test, une personne est positive, tous les cas contacts alentours seront testés et invités à l’isolement. Dans chaque département, des brigades seront constituées pour vérifier si les règles émises sont bien respectées.

Isoler. Casser les chaînes de transmission. Si cela ne doit pas être apparenté à une punition, l’isolement doit être consenti. Il reposera majoritairement sur le civisme de chacun. Un isolement à domicile, avec l’ensemble du foyer, peut être envisagé ou bien au sein d’un hôtel mandaté à cet effet.

Un déconfinement progressif

A ce jour, une vérification par département est en cours, pour déterminer si les territoires sont aptes au déconfinement. Le gouvernement attend de voir si les indicateurs en termes de chiffres et de contamination sont satisfaisants pour clairement déconfiner certains territoires. Tous les territoires ne seront donc pas logés à la même enseigne. Ce n’est qu’au 7 mai, qu’en fonction des chiffres qui seront rappelés chaque soir aux Français, que nous saurons quelles régions pourront réellement être déconfinées au 11 mai.

La première phase de déconfinement durera jusqu’au 2 juin. Fin mai, la réouverture des cafés et restaurants sera abordée. Le Premier ministre avance avec un discours prudent.

Le retour à l’école

La réouverture des écoles commencera par les crèches (par groupes de 10 enfants maximum) et les écoles maternelles. Viendra ensuite le tour des élèves de primaire. Les collègiens pourraient retrouver l’école mi-mai et début juin, sera décidé si oui ou non, les lycéens rejoindront leurs classes.

Le port du masque est prohibé aux élèves de maternelles. Il n’est pas recommandé pour les élèves de primaires, hormis en cas de symptômes apparents. Pour les collégiens, le port du masque devient obligatoire.

Enseignement à distance ou 15 élèves par classe au maximum : les pistes sont encore nombreuses. Une priorisation sera donnée aux familles monoparentales ou parents ne pouvant accéder au télétravail.

Le télétravail priorisé

Toujours dans l’objectif de limiter les contacts, le télétravail doit être encore privilégié. Des aménagements d’amplitudes horaires sont également conseillés pour toutes les entreprises ne pouvant pas y avoir recours. Le port du masque devra être systématique au sein des sociétés, si toutefois la distanciation sociale ne peut être opérée.

Les commerces rouvriront également à partir du 11 mais, sauf les cafés et les restaurants. Les marchés seront de nouveau autorisés, sauf contre-indication des maires de chaque commune. Un cahier des charges strictes devra être amorcé par chaque commerçant, en veillant notamment au flux de personnes au sein du magasin. Chaque commerce aura également le choix d’imposer ou non le port du masque au sein de leurs échoppes.

Côté transports

Dans les transports publics, la problématique est plus houleuse, voire périlleuse. Si 70% de l’offre de la RATP sera disponible au 11 mai, le gouvernement vise toutefois à réduire la demande, en privilégiant le télétravail ou en recommandant un système de flux contrôlés.

A titre d’exemple; la capacité du métro parisien sera fortement réduite (un siège sur deux, marquage au sol…), idem pour les bus scolaires. Le port du masque y sera obligatoire. L’objectif par ailleurs, décourager les Français à quitter leur département. Le parlement devrait légiférer prochainement sur les déplacements entre les territoires.

Vers une nouvelle vie sociale ?

A partir du 11 mai, la circulation sera libre sans attestation à raison de 100 km autour de chez soi, sauf pour raison impérieuse ou professionnelle. Les sports en extérieur et sans contact sont autorisés, les autres sont encore prohibés.

Les médiathèques, bibliothèques locales et petits musées pourront rouvrir leurs portes à partir du 11 mai. En revanche, les grands musées, cinémas, salles de concerts et autres salles des fêtes resteront fermés jusqu’à la nouvelle annonce du 2 juin. D’une manière générale, tous les rassemblements seront limités à 10 personnes au maximum.

Des efforts qui visent à permettre d’envisager la problématique des grandes vacances, qui sera débattue fin mai, début juin au plus tard.

L’ensemble de ce plan est actuellement soumis aux votes et débats entre les députés.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It on Pinterest