Seuls 6% des Français infectés par le virus ? L’étude qui remet en cause le déconfinement

Publiées mardi 21 avril par l’Institut Pasteur, une étude réalisée conjointement avec l’agence sanitaire Santé publique France et l’Inserm, révèle les dangers d’un déconfinement trop rapide.

Selon les estimations, à ce jour seuls 6% des Français sont infectés par le coronavirus. Un chiffre bien insuffisant pour éviter ce que tout le monde redoute tant, la fameuse deuxième vague.

« Pour que l’immunité collective soit suffisante pour éviter une deuxième vague, il faudrait 70% de personnes immunisées. On est très en dessous », révèle Simon Cauchemez, auteur principal de l’étude, dans une interview donnée à nos confrères de l’AFP. Il précise également : « au sortir du confinement, si on veut éviter une deuxième vague importante, des mesures doivent être maintenues. »

Un résultat à la fois mathématique et statistique plutôt alarmant qui obligera très certainement la population à continuer d’observer des règles strictes, pour un retour « à la normale » pas prévu avant plusieurs mois.

De toute évidence, la faible part de la population infectée est due au confinement lui-même, mis en place à l’origine pour éviter l’implosion de nos centres hospitaliers.

L’étude précise également qu’à ce jour, le taux de létalité liée au coronavirus est de 0,5%, variant évidemment selon les âges et les antécédents médicaux des patients, et aussi le sexe.

Un déconfinement progressif ? Certainement et il faut s’attendre à ce que cela s’installe sur la durée.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It on Pinterest