Des jumeaux ou un singleton, qu’est-ce qui change ?

Dès l’annonce de la grossesse, tout est déjà différent. Alors que le corps de la femme est fait pour porter un seul bébé par grossesse, deux embryons se sont nichés dans un seul utérus. Après, c’est la montagne russe des émotions. La joie, la peur, le refus, l’excitation peuvent se mêler dans votre tête et votre coeur en l’espace de quelques secondes, il faut se rendre à l’évidence et remettre les pieds sur terre. Avec des jumeaux, tout ou presque sera différent que si vous n’aviez eu qu’un seul enfant à la fois… Par Johanna – Blog Parents de Jumeaux

Dès le début de la grossesse, on peut parler « d’aventure ». La grossesse en elle-même peut déjà en être une.

L’aventure des premières échos… Un petit coeur qui bat, puis un second. La découverte des sexes, les premières sensations des bébés qui bougent, le choix des prénoms, la pro­jection… Oui, cette projection d’élever deux enfants du même âge. Déjà avec un singleton* ça peut vite être une aven­ture de devenir parents mais alors avec deux bébés, on en parle ?

La grossesse ne se passe pas toujours dans des conditions optimales. Mais il n’y a pas de règles prédéfinies, des femmes enceintes de plusieurs bébés pourront bouger et mener leur gros­sesse à terme. Il ne faut néanmoins pas mettre de coté sa vigilance. Porter deux bébés dans un corps qui est prévu pour en accueillir qu’un seul, ça se ménage.

Et en même temps, porter deux bébés et les sentir bouger ça a quelque chose de magique. Deviner si c’est un coup de pied, de poing. De « J1 », de « J2 » comme sont souvent nommé les jumeaux par le cadre médical. On ne doute pas que les futurs parents leur trouvent des petits surnoms. Ici, pendant la grossesse c’était Minou et Tichoux…

Le Jour J… Puis après !

Et puis, arrive le jour de l’accouche­ment, de la naissance. Le jour de la ren­contre. La rencontre non pas avec son bébé, mais avec ses bébés. Déjà là, tout est différent. Du nombre de personnes présentes dans la salle de naissance, des émotions décuplées…

Et pourtant, les gestes sont les mêmes que si nous mettions au monde un seul enfant. Il suffit de les multiplier par deux… Il faut nourrir deux enfants, il faut changer deux enfants. Ils sont deux à avoir besoin de toute notre attention, de nos câlins, de notre amour. Si vous êtes futurs parents de jumeaux et que vous vous demandez si vous réussirez à les aimer autant que s’ils n’avaient été qu’un, la réponse est oui… vous les ai­merez autant.

Et puis, arrive le retour à la maison. Que vous partiez de la maternité avec une poussette double, avec une écharpe de portage ou bien avec les coques à por­ter, une chose est sûre : on vous regar­dera déjà différemment… Les regards pourront être curieux, bienveillants, attendrissants, interrogateurs. Vous êtes désormais « les parents des jumeaux ».

Les premiers instants à la maison, seront eux aussi différents avec des jumeaux que si vous aviez un seul bébé.

Le matériel ! Certains intérieurs pour­raient ressembler à des crèches, si si… Entre les chaises hautes, les transats et le stock de couches, vous pourriez vous demander si élever des jumeaux n’est fi­nalement pas devenu votre job.

Chaque sortie est différente, avec deux bébés qu’avec un seul. Elle ne s’im­provise pas, car même si dans un sac à langer, on met la même chose pour deux bébés que pour un (une tenue de change, des couches, des produits de soins…), l’expédition en elle même est différente.

Portage ou poussette ? Double portage ou poussette double ? Un bébé porté l’autre en poussette…. Il faudra tester le moyen qui vous conviendra le mieux. Celui qui sera le plus adapté à votre mode de vie, à vos envies.

Quand vos bébés deviennent grands

Et puis les enfants grandissent. Un peu. Un peu plus. Ils apprennent à manger, à manger seul. Ils apprennent à marcher. Et là, devoir surveiller deux bébés en plein apprentissage de la marche, non, ce n’est pas comme devoir porter son attention sur un seul. Là encore, élever des jumeaux, c’est différent.

Et puis, il y a le mode de garde aussi. Vous avez déjà tenté, dans certaines grandes villes de demander deux places en crèche ? Déjà que parfois pour une seule c’est compliqué. Et vous avez déjà tenté, de faire garder votre duo par votre famille… « Vais-je y arriver ? » Peuvent se demander les grands-parents. De la même façon que vous avez du vous po­ser la question à un moment.

Arrive ensuite une étape importante dans la vie d’en enfant (et de leurs pa­rents aussi d’ailleurs) : l’entrée à l’école.

Ensemble ou séparé ? Que la réponse soit évidente ou bien qu’elle porte à réflexion, la question se posera. Votre entourage, votre famille, le cadre ensei­gnant. Les parents de jumeaux devront se positionner sur le fait d’inscrire leurs jumeaux dans la même classe ou non. Néanmoins, on peut constater que beaucoup n’ont pas le choix. Soit l’école maternelle ne dispose que d’une seule classe, soit une séparation leur est im­posée. Ce choix parfois cornélien ne se présente pas quand les enfants naissent un par un…

Puis, il y aura tout un tas de « premières fois »… La première invitation à un an­niversaire, devront-ils apporter chacun un cadeau ou pas ? Seront-ils invités tous les deux ou non…. Le choix des activi­tés extrascolaires. En termes d’organisa­tion, c’est parfois plus simple d’inscrire deux enfants au même sport, à la même activité. Mais si cela ne correspond pas à leur appétence individuelle ?

Au delà de tous ces points qui concernent essentiellement l’organisation, il y a ce qu’on vit. Cette chose qu’on ne peut pas décrire. Observer grandir deux enfants nés le même jour, et deux enfants même rapprochés, c’est différent.

Qu’ils soient « vrais » ou « faux » ju­meaux, ils auront partagé pendant plu­sieurs mois le même utérus. Peut-être même le même lit, encore pendant quelques mois. Sans doute aussi la même chambre… Ils sont deux, tout le temps et pour toujours.

Alors même s’il peut arriver que les ju­meaux soient séparés, ils auront toujours ce double quelque part.

Ces lignes me font penser au syndrome du jumeau perdu, ce sentiment d’aban­don que peut ressentir le jumeau vivant. Parfois même sans avoir su qu’au dé­part, ils étaient deux. C’est bien qu’il y a un lien inexplicable.

Les émotions que peuvent ressentir les parents de jumeaux sont intenses. Intenses dans la fatigue, dans la mise à l’épreuve de la patience, mais intenses aussi dans la joie qui remplit leur coeur.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Merci de votre visite