Je ne veux pas de deuxième enfant…

Soit, vous avez déjà un adorable baby dans votre foyer et pour vous, l’idée d’AGRANDIR LA FAMILLE n’est pas forcément d’actualité. Pour autant, là aussi les INTERROGATIONS peuvent jaillir de toutes parts et laisser un petit doute insidieux dans votre esprit…

… mais il en veut un

Vous voilà embourbée dans un sacré dilemme. Vous avez déjà un enfant, plus ou moins grand, et votre cher et tendre vous tanne pour mettre en route le deuxième. Seulement voilà, vous n’êtes pas du tout prête à faire le grand saut et son insistance a claire­ment tendance à vous agacer. Le sujet est devenu épineux et votre couple s’en ressent… Alerte, il faut réagir !

La bonne attitude : même si pour l’instant vous êtes en désaccord, les choses peuvent évoluer dans un sens comme dans l’autre. Aussi est-il im­portant de toujours laisser une porte ouverte à l’autre pour que la commu­nication ne soit pas fermée. Parlez-en de temps à autres, expliquez-lui les raisons de votre blocage. Peut-être saura-t-il vous rassurer et vous appor­ter les clés pour vous lancer sereine­ment dans un nouveau projet Bébé ? Dans tous les cas, ne vous mettez pas trop de pression et laissez le temps au temps !

… mais mon loulou me réclame un petit frère

« Maman, je veux une petite soeur ! » Et oui, il arrive un âge où la plupart des enfants souhaiteraient avoir un petit frère ou une petite soeur, un peu comme on envisage d’acheter un nouveau jouet. Soyons clair, les plus jeunes ne comprennent pas réelle­ment les conséquences d’un nouveau bébé à la maison et le réclame davan­tage pour avoir un compagnon de jeu. Seulement voilà, il s’écoulera un peu de temps avant que votre nouveau-né puisse s’amuser à loup touche-touche, aussi faut-il savoir raison garder…

La bonne attitude : établir un contexte est primordial pour la compréhension d’un enfant. Il faut donc lui expliquer les choses avec des mots simples, pour qu’il assimile le fait que cette décision vous appartient à vous et à Papa. Ne brisez pas toutefois ses rêves en lui soufflant qu’un jour, peut-être, la petite cigogne lui apportera l’objet de ses désirs (à son âge, c’est bien de cela qu’il s’agit!) Gardez en tête égale­ment qu’on ne prend pas la décision de faire un enfant… pour faire plaisir !

… mais je vieillis

Ah cette satanée horloge biologique… Elle a de quoi clairement nous agacer. Car si l’échelle du temps a semble-t-il ses vertus pour ces Messieurs, pour nous, c’est tout le contraire. Et la pres­sion des années qui passent n’arrange pas les choses, pour un deuxième en­fant, c’est maintenant ou jamais.

La bonne attitude : ici, la situation est très complexe. Tout dépend de votre point de vue sur les grossesses dites tardives. Il y a celles qui estiment qu’après 35 ans, on stoppe les envies de Bébé et puis celles qui ne s’an­goissent pas le moins du monde sur le calendrier. Vous êtes plutôt stressée sur le sujet ? Respirez un bon coup ! La médecine a fait d’énormes progrés côté maternité et nombreuses sont les mamans à avoir un enfant sur le tard ! Qu’on se le dise toutefois, faire un en­fant parce qu’on a un chrono dans la tête n’est pas vraiment une bonne idée non plus…

… mais j’ai toujours rêvé d’avoir une grande famille

Ils vécurent heureux et eurent beau­coup d’enfants… Depuis toujours, on nous met dans le crâne que pour être heureux et épanouis dans notre vie de famille, il faut une floppée de bambins qui courent de partout. Les contes de fées, les paroles acerbes de nos bonnes vieilles tantines, les moeurs… Autant de petites choses ancrées qui nous culpabilisent de ne vouloir qu’un seul enfant.

La bonne attitude : à vous de faire fi des idées reçues et de balayer du revers de la manche les gentils com­mentaires de votre entourage qui s’indigne de votre situation de ma­man mono-enfant ! Mais enfin ! Et puis même si c’était votre grand rêve, petite, de pouponner à gogo, aujourd’hui vous êtes une femme, pleinement consciente des réalités de la vie et de vos propres envies ! Les choses peuvent changer mais si vous êtes ferme dans votre décision, appre­nez également à résister à la pression de la société !

… mais je suis enceinte

Bon, là, clairement, on ne peut pas énoncer de grande vérité sur le sujet. Chacune doit réfléchir à sa propre si­tuation et juger de la bonne décision à prendre. Toutefois, peut-être est-ce un joli signe que la vie vous envoie ? A vos layettes !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Merci de votre visite