En marche !

Ces temps-ci, bébé est devenu un vrai pro de la marche à quatre pattes, il est presque impossible à rattraper ! Bon, la position debout ce n’est pas encore ça mais ça va venir, ce n’est qu’une QUESTION DE TEMPS… A cet âge où tout change, tout un tas de questions se bousculent dans la tête d’un parent. Marcher ça s’apprend ? Et comment ? Dois-je le stimuler ? Il ne marche pas à 14 mois c’est normal ? Aujourd’hui, on tente de répondre à TOUTES VOS INTERROGATIONS !

C’est l’une des plus grandes étapes de la vie d’un enfant, même s’il n’en gardera aucun souvenir. Nous parents, on s’en souviendra longtemps, c’est si grandiose de voir son petit bout voler de ses propres ailes.

Il est important de noter que chaque bébé a son propre rythme et qu’il ne faut surtout pas le brusquer. Ne vous mettez pas la pression, seulement la moitié des bébés font quelques pas à leur premier anniversaire… Il y d’ailleurs un tas de petites étapes pré­alables avant que bébé prenne son courage à deux mains et dévale la salle à manger tout seul ! En effet, elles suivent le développement moteur de l’enfant, qui acquiert une certaine musculature, développe son squelette et sa coordination de manière très im­portante au cours des premiers mois. On passe ces différentes phases en revue.

Il s’assoit et se met à ramper

Etat des lieux : aux alentours de 7 mois, bébé se redresse, peut s’asseoir sans aide et commence tout douce­ment à ramper sur le ventre pour at­teindre des jouets, au lieu d’attendre patiemment papa ou maman. Ce sont les prémices de la marche. Cela s’ex­plique par le développement moteur : un nourrisson ne va ramper qu’à par­tir du moment où il arrive à contrôler un minimum sa tête et ses mouve­ments, et que ses bras sont assez mus­clés pour pouvoir avancer.

Nos conseils : dès ses 4 mois, com­mencez à l’allonger sur son tapis d’éveil, et ce de plus en plus long­temps au fil des jours. Etant curieux, il aura envie de bouger naturellement. Pour l’aider à se muscler davantage, vous pouvez placer ses objets préfé­rés à quelques pas, cela suscitera son attention. Familiarisez-le avec la po­sition ventrale sur son tapis d’éveil, sans trop insister, il y travaillera ses abdominaux et prendra conscience de son corps, de la pesanteur et de ses mouvements. Veillez toutefois à le laisser la plupart du temps libre de ses mouvements, il gagnera davantage confiance en lui & ses capacités et ex­périmentera de son plein gré.

Ses débuts à 4 pattes

Etat des lieux : vers les 9 mois, la marche à 4 pattes c’est le début de l’émancipation ! Cette phase, qui survient dès 5 mois chez les plus pré­coces, se déroule dès lors que bébé est assez musclé aux dos et abdominaux. Elle est assez importante car c’est un des premiers exercices de coordina­tion auquel bébé fait face, et celui-ci lui permet de renforcer ses muscles aux jambes et aux bras. Néanmoins, certains enfants ne passent jamais par l’étape « marche à 4 pattes » et préfèrent directement se lever ou se traîner sur les fesses ! Du moment qu’il reste actif, ce n’est absolument pas grave et il n’y a pas de raison de s’inquiéter.

Nos conseils : vous pouvez stimuler votre chérubin en continuant à po­ser des objets devant lui mais hors de portée, et disposer de petits obstacles comme des coussins pour qu’il ap­prenne à les esquiver. Il faut aussi res­ter très vigilant, c’est qu’ils sont super rapides à 4 pattes !

Il se met debout avec un support

Etat des lieux : Bébé a fêté ses 10 mois et commence déjà à se hisser tout seul, en s’agrippant aux meubles. Il a une allure maladroite avec ses fesses en arrière mais il faut un début à tout, on est tous passés par là ! Au fur et à mesure, il lâchera son support. Il y aura évidemment quelques chutes, qui feront rire les parents du moment que c’est sans blessure.

Nos conseils : en tant que parent, la meilleure chose à faire est de l’en­courager sans le forcer. Il faut que la position debout vienne d’elle-même. Néanmoins, vous pouvez l’inciter à se redresser en disposant ses jouets préférés en hauteur. Aussi, laissez-le pieds nus ou avec des chaussures souples, pour un meilleur appui au sol. Adaptez l’environnement en dis­posant des supports stables à sa hau­teur.

La marche du crabe et la position debout sans support

Etat des lieux : les enfants com­mencent d’abord par marcher en crabe avant de pouvoir marcher nor­malement. Eh oui, cela nous paraît si simple pour nous adultes, mais la marche nécessite de nombreux muscles en action et une certaine confiance. Bébé, lui, prend son temps et progresse petit à petit. Il marche la­téralement puisque cela lui permet de rester accroché à des meubles ou son parc, tout en essayant de se déplacer tous les jours un peu plus.

Nos conseils : s’il ne lâche pas encore son support, c’est qu’il n’est pas prêt. Son cerveau ne parvient pas encore à régler l’équilibre, ses muscles ne sont pas suffisamment solides pour sup­porter son poids.

Mieux vaut le laisser faire ses derniers réglages et ne pas le brusquer. Quand il lâche son support, vous pouvez l’ai­der à faire quelques pas en le tenant sous les aisselles, mais pas trop sou­vent, vous risquez de vous casser le dos. Le top : un chariot de marche. Il s’agrippera à celui-ci pour avancer tout en le poussant et donc en mar­chant. Cela lui permettra aussi de sa­voir appréhender les obstacles et la vitesse. Un apprentissage tout-en-un !

Il marche les deux mains tenues à papa et maman

Etat des lieux : là, ça commence à ve­nir, le jour J approche et l’excitation se fait sentir ! Bébé arrive à marcher en vous tenant fermement pour ne pas tomber. Il peut tenir debout tout seul, sans s’appuyer, même s’il atter­rit souvent sur les fesses au bout de quelques temps.

Nos conseils : n’hésitez pas à lui lâcher les mains de temps en temps, même si la chute paraît inévitable. C’est aussi en tombant qu’il apprend à être plus prudent et à se relever. Boostez sa confiance en l’encourageant (mais pas trop non plus). Faites quelques pas avec lui en vous positionnant le plus bas possible, pour éviter de solliciter ses épaules et de lui donner de mau­vaises habitudes en termes de respi­ration. Il ne faut pas non plus trop le forcer, pour qu’il ait toujours envie de progresser.

Il marche en ne tenant qu’un seul doigt

Etat des lieux : il y est presque ! Il ar­rive de plus en plus souvent à lâcher votre doigt pour rester debout, même si c’est pour un temps limité. Il maî­trise la marche tant qu’il reste accro­ché à votre main.

Nos conseils : encore un peu de pa­tience. Comme au préalable, il ne faut pas le presser et laissez le temps au temps. Continuez à marcher avec lui, sans trop le forcer. Vous n’avez plus besoin de vous baisser autant. Marcher est éreintant pour un jeune enfant, vous pouvez le soulager en massant ses pieds. A ce stade, il est conseillé d’investir dans des chaus­sures pour favoriser un certain main­tien de la cheville, mais assez souples afin de ne pas perdre en information sensorielle.

Quand il est prêt il se lance et marche seul

Etat des lieux : ça y est, il a fait ses premiers pas tout seul ! Un peu gauche certes avec les jambes arquées et les fesses en arrière. Pour vous c’est le bonheur, « un petit pas pour bébé, mais un grand pas pour l’humanité » ! Son apprentissage ne s’arrête pas là, il lui faut maintenant se perfectionner. Au début, les chutes seront forcé­ment nombreuses et la marche sera prudente, lente. Au fil du temps, il de­viendra de plus en plus aguerri et sera peut-être même plus rapide que vous. Bientôt il appréhendera la marche en arrière et les escaliers, et puis la course (apprêtez-vous à courir aussi !).

Nos conseils : sortez votre appareil photo, caméra et immortalisez ce moment ! Continuez à l’encourager et le valoriser sans trop en faire, le ré­conforter quand il chute, lui donner du temps, être patient et l’entraîner à l’aide du chariot ou de petites ballades en famille. Faites-le aussi marcher sur des surfaces différentes. La ligne d’ar­rivée est juste là !

Bébé ne se déplace pas autant que ses copains, faut-il s’inquiéter ?

Il est facile en tant que parent d’avoir peur que notre enfant ait des difficul­tés à se déplacer et devenir autonome. Quand on voit le fils de son couple d’amis qui marche déjà à 9 mois alors que bébé, lui, n’a toujours pas appré­hendé le 4 pattes, on devient facile­ment stressé ! et pourtant, il ne faut pas paniquer, ni le comparer aux autres. Chaque enfant est différent donc ils ne peuvent pas être prêts en même temps, et les premiers pas peuvent arriver au-delà du 16ème mois.

L’apprentissage de manière générale est particulièrement difficile chez un nourrisson et il se peut qu’au lieu d’apprendre la mobilité, votre enfant soit concentré sur une autre tâche toute aussi difficile comme le lan­gage, l’écoute ou encore la manipu­lation. Généralement, les « retards » sont sans gravité, c’est juste que bébé prend son temps.

De plus, il suffit que votre enfant soit moins musclé à la base, ou ait une masse corporelle plus grosse, pour qu’il prenne un peu de retard. Il se peut aussi qu’un retard soit causé par un manque de confiance en lui.

Dans certains cas, notre petit bout est peut-être tout simplement feignant ou manque de motivation. Il est si à l’aise à 4 pattes qu’il ne veut pas aller cher­cher plus loin ! Quelques petits exer­cices pour l’inciter à se lever devrait l’aider à se motiver. Attention à ne pas trop en faire pour autant, il est aussi important qu’il jouisse d’une certaine « liberté ».

Si au 18ème mois votre enfant ne marche toujours pas, ou qu’au 15ème mois bébé bouge toujours peu et ne montre pas d’évolution, il est tout de même conseillé de consulter votre pé­diatre.

Profitez-bien de ces moments privi­légiés avec bébé. Rappelez-vous qu’il grandit (trop) vite…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Merci de votre visite