Une sexualité épanouie ?

Au cours de leur GROSSESSE, les futures mamans subissent de nombreux changements à la fois physiques et psychologiques. Et COTE SEXUALITE, quelques petits aménagements s’imposent.

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, la sexualité reste un sujet sensible pour la plupart des futurs parents. Entre les transformations physiques que connaissent les femmes enceintes tout au long de leur grossesse, les chamboulements hormonaux et les craintes plus ou moins fondées du futur papa, ce sont près de 50% des couples qui stoppent tout rapport sexuel dès l’annonce de l’arrivée prochaine de Bébé. Hors, une activité sexuelle régu­lière et épanouie procure non seulement au couple un bien-être certain mais per­mettra surtout à la future maman de se sentir bien dans sa peau et en sécurité dans les bras de son cher et tendre. Bien sûr, quelques obstacles viendront ponc­tuer cette nouvelle vie à deux et demi, et il faudra, pour maman comme pour papa, faire preuve à la fois de patience et d’imagination.

Une libido en dents de scie

Tout le monde n’est pas égal face à la sexualité pendant la grossesse. Les chiffres sont formels, il est impossible ici d’établir une quelconque générali­té. La plupart du temps, les premières semaines de grossesse impliquent une baisse considérable de la libido des fu­tures mamans. Nausées persistantes, seins douloureux, fatigues perma­nentes : les raisons de ne pas courir sous la couette peuvent être nom­breuses et dépendent aussi du carac­tère de chacune. Pas d’inquiétude pour autant, cette libido en chute libre refait progressivement surface dès la sep­tième semaine de grossesse, lorsque vos hormones commenceront (enfin!) à se stabiliser.

Pour certaines, le désir de l’autre peut être beaucoup moins évident. Et oui, près d’un quart des futures mamans se refusent, dès l’annonce de la grossesse, à tout contact charnel un tant soit peu poussé avec Papa. La libido, cela ne se commande malheureusement pas et bien tristes sont les couples à faire ceinture pendant neuf longs mois in­terminables. Ici, rien n’est figé : il est tout à fait possible que votre compa­gnon sache vous faire fondre, à l’usure, avec de douces paroles et des mises en scène romantiques. Si tel n’est pas le cas, n’hésitez pas à en parler à votre médecin ou sage-femme pour trouver des solutions à court terme, au risque de voir se creuser dans votre couple un fossé bien difficile à rattraper une fois Bébé (ses premières nuits et ses tétées à répétition) arrivé.

Loin de ces considérations légèrement pessimistes, il y a celles, de véritables veinardes, qui, au contraire, connaissent une libido décuplée et deviennent même, parfois, difficiles à contenter. Pas de problème apparent me di­rez-vous : sauf si le futur papa est vic­time d’une libido en berne (si, si, c’est possible!). C’est dit, la question de la libido au cours de la grossesse n’est pas seulement de votre fait, votre homme lui aussi pouvant rencontrer quelques légères fluctuations. De quoi enrager Madame…

Les appréhensions de chacun

Chaque homme et chaque femme possède ses propres croyances quant à la sexualité pendant la grossesse. Du côté de ces dames, plusieurs facteurs peuvent entrer en ligne de compte et mettre sur la touche les galipettes autre­fois tant appréciées.

D’un point de vue psychologique, à l’instant même où le test de grossesse vire au positif, une femme devient mère. Ses priorités changent en un clin d’oeil et les rapports charnels sont à des lieues de ses premières préoccupations. Au fil des semaines et des chambarde­ments hormonaux dont vous serez la proie, il est possible que vous n’ayez tout simplement pas la tête à ça. Dites-vous bien qu’un certain équilibre sexuel est essentiel à votre couple (et au futur papa) et qu’en aucun cas votre rôle de future maman ne doit se substituer à celui de femme. Partagez des moments tendres avec votre compagnon et lais­sez-vous séduire de nouveau pour un câlin à la fois doux et délassant au creux de l’oreiller.

Physiquement, c’est un fait, votre corps évolue. Si la plupart des futures mamans se sentent à l’apogée de leur beauté au cours de leur grossesse, nom­breuses sont encore celles à perdre tota­lement confiance en elles-mêmes, avec l’apparition des premiers kilos en trop. Là encore, apprenez à faire la part des choses, à accepter que vous pouvez en­core séduire votre chéri (pour lui, vos nouvelles rondeurs sont à la fois atten­drissantes et à croquer) et lâchez prise !

Du côté du futur papa aussi certaines craintes peuvent apparaître. En tête de liste, celle de blesser ou de réveiller Bébé au cours des rapports. Un brin préten­tieuse, cette appréhension n’en est pour autant pas anodine et concerne près de 70 % des hommes. Rassurez-vous (et rassurez papa!), la nature est bien faite. Non seulement votre foetus est bien au chaud à l’intérieur du sac amniotique dans l’utérus, mais un bouchon muqueux situé au niveau du col de l’utérus le sépare de la cavité vaginale. Pas mal, non ?

Petits trucs pour un plaisir optimal

Outre des troubles d’ordre psycholo­giques et physiques, plus de la moitié des femmes ressentent un certain in­confort, voire des douleurs plus ou moins intenses, lors de la pénétration. Le premier réflexe à adopter est d’en parler sans tarder à votre gynécologue pour écarter tout problème d’ordre physiologique. Dans un second temps, adoptez quelques petites règles de vie, pour améliorer votre sexualité au quo­tidien.

L’une des causes les plus évidentes de douleurs pendant les rapports est sans aucun doute la perte de sécrétions vagi­nales, et donc l’apparition de sécheresse intime, que connaissent la plupart des futures mamans, les hormones mettant à mal cette partie secrète de l’anatomie féminine pendant la grossesse. Pour pallier à ces petits tracas, privilégiez de longs et intenses préliminaires qui favo­riseront votre excitation. Les lubrifiants sont aussi très efficaces dans ce cadre là et peuvent décupler votre plaisir d’une manière insoupçonnée.

Côté positions, là encore quelques amé­nagements s’imposent. En effet, votre prise de poids et vos nouvelles rondeurs aidant, vous devrez tempérer la tigresse qui est en vous pour pratiquer vos ébats avec une certaine douceur. Tout au long de votre grossesse, votre catalogue de positions évoluera, pour éviter tout in­confort notamment au niveau de l’ab­domen. Si le Missionnaire pourra s’avé­rer difficile assez rapidement, la position de l’Andromaque ou de la Levrette sont quant à elles particulièrement plébis­citées au cours de la grossesse. A l’ap­proche du terme, la position de la Cuil­lère (allongés sur le côté, votre homme glissera avec tendresse derrière vous) est elle aussi appréciée. Pour pimenter votre nouvelle vie sexuelle de futurs pa­rents, n’hésitez pas à rechercher de nou­velles positions avec votre partenaire de jeux tout en observant une seule et unique règle : si une gestuelle vous gêne ou vous fait mal, n’insistez pas !

Attention aux contre-indications !

Aussi frustrantes puissent-elles être, certaines contre-indications médicales peuvent faire l’objet d’une mise en garde de la part de votre médecin. L’abstinence peut être préconisée en cas de risque d’un accouchement trop prématuré ou de fis­sure de la poche des eaux par exemple, les risques d’infections étant ici trop importants. Certaines maladies sexuelle­ment transmissibles peuvent aussi venir ternir vos rapports, aussi, n’hésitez pas au moindre doute à consulter, vous et votre partenaire. Même si votre libido est intenable, veillez toujours à respecter la moindre des contre-indications de votre avis médical, au risque de vous mettre en danger vous et Bébé.

En revanche, en cas de dépassement du terme, votre sage-femme peut vous au­toriser de nouveau les rapports sexuels, la légende indiquant que cela favoriserait l’ouverture du col. Si les feux sont au vert, profitez !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.