20 kilos sur la balance, ça use, ça use…

La taille de guêpe enceinte, vous ne connaissez pas. Pour vous, le moindre PETIT ECART se transforme en KILO EN TROP et pour peu qu’un souci de santé se mêle à ça, c’est la CATA. Petit tour du côté de vos rondeurs…

A l’origine…

… il y a la femme. Dans toute sa splen­deur. Dans toute sa volupté. Evidem­ment, les problèmes de poids liés à la grossesse dépendent aussi de votre em­bonpoint avant de tomber enceinte. Mais que vous soyez plutôt fil de fer ou déjà un peu ronde, la prise de poids reste un di­lemme plutôt angoissant.

Pour autant, inutile de tomber dans le fatalisme. Si aucun problème de santé ne vient ternir l’horizon, il n’y aucune raison, si vous êtes un brin vigilante et renseignée, que la balance explose. En revanche, il est vrai que si vous vous laissez complè­tement aller, sans crier gare, de terribles kilos risquent de s’installer un peu partout sur votre corps de déesse, et votre fémi­nité ou votre moral peut en prendre un coup. Aussi, mieux vaut encore prévenir que guérir, sans pour autant tomber dans une psychose calorique qui ne sera bonne ni pour vous, ni pour votre enfant.

Chassez les idées reçues

Dans un premier temps, mettez un coup de balai aux bonnes vieilles idées reçues. Manger pour deux ? On oublie. Prendre un kilo par mois tout au long de la gros­sesse ? C’est une hérésie puisque la prise de poids fluctue en fonction de l’avancée de celle-ci (vous prendrez peu en début de grossesse à cause de la fatigue et des nausées notamment, tandis que le dernier trimestre est beaucoup plus impactant côté balance).

En revanche, quelques vérités subsistent et semblent inébranlables. La majorité des femmes, mises à part celles par exemple qui sont victimes de violentes crises de vomissements, redoublent d’appétit quand elles attendent un bébé. Les hor­mones influant, vous avez l’impression d’être moins facilement rassasiée et avez tendance à jouer davantage de la four­chette. Là, mieux vaut ne pas tomber dans l’excès, certes, mais prendre toutefois conscience qu’il s’agit là d’un phénomène physiologique tout à fait normal.

De la même façon, les envies deviennent de plus en plus pressantes. Voire même obsessionnelles. Si vous rêvez en perma­nence de carottes et de pommes fraîches, ici, pas de problème. Vous avez carte blanche. En revanche si vous êtes davan­tage cheeseburgers et gâteaux au chocolat (en même temps…), il faudra apprendre à vous faire plaisir tout en restant raison­nable, bien sûr…

Une chose est certaine, toutes les femmes ne sont pas égales face à la balance pen­dant la grossesse. Alors de la même façon qu’il est impensable de comparer deux enfants, évitez de regarder désespéré­ment du côté de la voisine et de sa taille de guêpe malgré ses douze grossesses et concentrez-vous sur vous uniquement ! Votre challenge ? Apprendre à maîtriser votre corps…

De réels dangers

Bien évidemment, on pourrait être tentée de se dire que pour une fois, on peut bien se laisser un peu vivre, que les kilos en trop ne sont pas une fatalité. Seulement voilà, dans certains cas la réalité médicale reprend le dessus et mieux vaut connaître les véritables risques d’une prise de poids trop importante, que ce soit pour vous mais aussi pour votre enfant.

De la même manière qu’une prise de poids insuffisante est potentiellement dangereuse pour vous deux, une prise de poids excessive n’est pas plus enviable. Le diabète gestationnel, bête noire des futures mamans, en est un exemple à ne pas prendre à la légère tant il peut être handicapant. Pour la maman, accumuler trop de kilos risque de créer des complica­tions veineuses par exemple et provoquer des difficultés physiques, surtout en fin de grossesse. Selon une étude américaine, le surpoids de la future maman pourrait être également à l’origine d’un surpoids chez l’enfant. A surveiller donc de très près…

Un poids idéal ?

Ici, on parle clairement de légende ur­baine. Que ce soit votre tantine Suzette, votre meilleure copine ou la boulangère, toutes iront de leur petit commentaire sur le poids idéal à prendre au cours d’une grossesse. Mais la réalité est bien plus complexe que ça.

Chaque femme est différente. Un corps différent, des besoins différents et surtout des réactions qui lui sont propres. Aus­si, impossible ici de vous écrire noir sur blanc qu’il faut prendre tant de kilos pour connaître une grossesse parfaite. Débat stérile.

Entrent en ligne de compte votre poids avant la grossesse, votre appétit, vos hor­mones, vos problèmes de santé, le type de grossesse que vous vivez… Bref, il y a autant de cas de figures possibles que de mamans sur cette terre. Le mieux, pour être certaine d’adopter le bon compor­tement et de s’y tenir pendant les neufs mois qui vous séparent de l’arrivée de votre bout’chou, reste encore de vous faire suivre régulièrement par votre méde­cin traitant, sage-femme ou diététicienne, afin de connaître précisément l’évolution de votre courbe. En ouvrant le dialogue avec un professionnel de santé, vous pourrez ainsi parler de vos doutes, vos craintes, vos envies, vos angoisses et vous sentir épaulée…

Comment réagir ?

Si vous aspirez à devenir maman ou que vous êtes au tout début de votre gros­sesse, ne vous mettez pas martel en tête et agissez au jour le jour en fonction de vos envies. Manger sainement et raison­nablement, dénicher les bons produits éti­quetés « à volonté », pratiquer une activité sportive douce s’il n’y aucune contre-indi­cation… Bref, veiller au grain. Si vous êtes déjà en prise de poids exces­sive, n’attendez pas et consultez. Surtout, ne vous engagez pas dans un régime en­ceinte, une pratique malheureusement de plus en plus répandue et très néfaste pour vous, comme pour votre enfant !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.