Toutes les bonnes raisons d’allaiter !

L’allaitement. POUR, CONTRE ? Vous le connaissez, ce fameux débat parental ! Parce que vous hésitez, vous ne savez pas dans quel camp vous placer, vous ne savez pas A QUEL SEIN VOUS VOUER (blague parentale !)… Je vais vous dire SANS LANGUE DE BOIS tout ce que vous devez savoir sur l’allaitement, avant de prendre votre décision quant à l’alimentation de votre cher bambin…by Allo Maman Le Blog

L’allaitement au sein : avantages et inconvénients ? Vous allez TOUT savoir ! Attention, tous ces propos n’engagent que moi, bien sûr… Lorsqu’on est enceinte, on se pose forcément cette fameuse question « Est-ce-que je vais allaiter ? ».

Certaines se la posent trois secondes, et répondent directement et simple­ment :

– OUI (Carrément ! J’en ai rêvé toute ma vie !)

– NON (Hors de question ! Certainement pas ! Pas touche !)

Mais certaines ont besoin d’en savoir plus, de se documenter, d’interroger des amies, d’avoir des conseils de pro­fessionnels. Bien sur, je ne me consi­dère pas comme une professionnelle, mais plutôt comme une bonne copine qui va vous murmurer au creux de l’oreille les bonnes raisons d’allaiter, mais aussi les bonnes raisons de ne pas allaiter !

Pour vous, les indécises, j’ai décidé de vous faire une petite liste des choses sympas (et moins sympas) à savoir lorsqu’on allaite au sein. Lisez ça, et après, prenez une décision ! (Ou pas !)

– Allaiter, c’est ce qu’il y a de MIEUX pour le bébé.

> C’est vrai que le lait maternel est le plus adapté pour le bébé. Direct du producteur au consommateur. Pas d’intermédiaire. Production en flux-tendu, pas de stock, produit gra­tuit, pas de dépense inutile et repas toujours accessible (sauf en cas de col roulé !).

Non, en fait, ce qu’il y a de mieux pour le bébé, c’est de le nourrir. Le principal, c’est qu’il ait sa dose quoti­dienne de lait. La provenance, ce n’est pas le plus important, et il faut arrêter de culpabiliser celles qui n’allaitent pas. (Je suis moi-même un enfant « biberon » et je me porte bien, enfin, je crois !) (Mais j’ai allaité ma fille 2 ans et demi et j’en suis méga fière !).

– Quand on allaite, on a encore le droit de manger comme une vache

(oui, pour que le lait soit bien riche !). On peut garder ces vieilles habitudes de grossesse qui nous font manger comme deux sans prendre énormé­ment de poids (je parle de manger « raisonnablement » quand même !). Notre corps aura cette superbe ca­pacité à transformer les calories en lait (non, ça ne se passe pas comme ça, c’est une image !) et bébé pourra lui aussi goûter à différentes saveurs grâce à nos repas ! C’est vraiment gé­nial.

> Du coup, quand on arrête d’allaiter, ou qu’on ralentit le rythme en passant à l’allaitement mixte, on continue à ressembler à une vache ! Non, je veux juste dire qu’il faudra faire attention à son alimentation…

Et l’alcool, on en parle ? Non, parce qu’on a déjà dû se priver 9 mois de boire, une fois qu’on a accouché, on n’a qu’une envie, c’est ouvrir une bonne bouteille et de la descendre confortablement installée dans son canapé devant une chouette série… Mais quelques semaines (mois ?) de patience, et le vin n’en sera que meil­leur ! (Consommé avec modération bien sûr !)

– Quand on allaite, nos hormones nous rendent encore la peau soyeuse et les cheveux brillants.

> Oui, ce qui est bien, c’est que l’allai­tement nous rend belles ! Et le bon­heur d’allaiter nous rend encore plus belles (sauf quand bébé prend mal le sein, qu’il nous envoie un énorme coup d’électricité dans le mamelon, et qu’on hurle en repoussant son re­jeton, qui se met à hurler, du coup, on doit le reprendre, le remettre au sein, il se place mal, ça pique, ça fait des crevasses, parfois même des saignements et on a l’impression de mourir !). Mais à part ça, on se sent vraiment bien dans sa peau… (Com­ment ça, à quoi ça sert d’avoir des beaux cheveux si on a une tête de zombie ?).

– Allaiter, c’est tendance. Même les stars le font.

> Ouais, enfin, nous, on n’est pas des stars. D’ailleurs, la seule mode qu’on réussit à suivre c’est la tendance le­gging/sweatshirt/pantoufles. Non, même pas honte, et puis, on met des chaussures pour aller accompagner le grand à l’école, quand même, on n’a pas aussi peu d’estime envers soi-même pour y aller en crocs ! (Pensée à Alyssa Milano qui montre souvent son allaitement en photo, et ça… on adore !)

– On se sent vraiment utile, on a un VRAI rôle dans la vie quoti­dienne.

Certaines diront que c’est le but de toute maternité. D’autres diront que c’est naturel, que c’est inné.

> Mais d’autres diront qu’elles ont le droit de refuser ce rôle. Ah, ça c’est sûr… Etre mère allaitante c’est un Vrai ROLE. 24/24. Du lundi au dimanche. Pas de jour férié. Pas de RTT. Pas de congé sans solde. Pas de jour maman malade. Sortir entre copine devient une vraie mission impossible, aller au super­marché sans bébé est parfois même difficile. L’isolement est plus constaté chez les mamans qui allaitent et les dépressions aussi… On se sent pom­pées physiquement ET psychologi­quement, comme si à chaque gorgée, bébé nous retirait un peu d’énergie. Nos hormones nous font encore pas­ser du rire aux pleurs en 2 secondes et on rêve du jour où on sera enfin libre ! Oui, allaiter, c’est un choix, et il faut accepter les bons et les mauvais côtés…

(Mais d’autres vous répondront qu’al­laiter rend heureuse, qu’on produit des hormones de bonheur et des ondes positives par milliers !)

– Quand tu allaites, tes seins restent beaux, gros et fermes.

Tels de gros pamplemousses (ou melon, pastèque au choix !) ils s’exhibent, fiers, et nos décolletés deviennent plongeants (malgré-nous).

> Bon, en revanche, ils ne sont pas symétriques. Oui, d’une tétée à l’autre, les seins se remplissent et on se re­trouve toujours avec un sein plus gros ou plus haut que l’autre. Ils coulent comme des robinets sans qu’on ne les ait ouvert et quand vous vous arrêtez d’allaiter, comment dire… La gravité reprend le dessus ! Que voulez-vous, ma brave dame ? C’est l’jeu ! Seins 0 – Apesanteur 1. (Mais en réalité, je vous assure, ce n’est pas la cata non plus, foi d’une multi-allaitante !).

– Allaiter, c’est pratique !

Adieu biberon, tétine, goupilles pour nettoyer, chauffe-biberon, poudre, eau, dosettes, petites boites, bavette, et tout l’attirail de la parfaite biberon­neuse ! =on est libre d’aller où on veut avec son bébé !

> Donner le biberon aussi, c’est pra­tique ! Parce qu’on est pas obligée d’être là ! Le papa peut activement participer, on contrôle mieux les quantités, et même la belle-mère peut le faire ! (Chéri, y’a quoi au ciné ce soir ?!)

– Allaiter, c’est génial pour le lien « maman-enfant ».

La petite main de bébé sur notre sein, son petit nez col­lé à notre peau, quoi de plus fusion­nel ?! On ne peut imaginer ce que c’est tant qu’on ne l’a pas testé.

> A contrario, ce n’est pas parce qu’on n’allaite pas que notre enfant ne nous aime pas. Pas de panique, le câ­lin du biberon est aussi important que la tétée. Et entre les 12 papouilles, les 3 mas­sages, le bain et les 16 changements de couches journaliers, vous en avez des possibilités pour le créer, ce lien !

– Quand on allaite on respecte le rythme de l’enfant.

Oui, certes, mais le rythme de la maman, on en parle ? Est-ce que ça nous viendrait à l’idée de se lever 4 fois par nuit pour boulotter ? Non ! Alors, allaiter à la demande, oui, mais y’a quand même pas écrit « self-service » sur notre poitrine ! Mais il faut savoir faire quelques petits sacrifices pour pou­voir partager de si bons moments !

> Quand on donne le biberon, c’est (quasi) prouvé scientifiquement (je crois), les bébés font leur nuits plus facilement ! Ils se régulent mieux, réussissent à espacer de plus en plus les prises de lait. Après, la maternité n’est pas une science exacte et il y aura toujours 2 ou 3 rigolos qui contredi­ront ma théorie (presque) officielle.

Donner la tétée de bienvenue, essayer d’allaiter, allaiter, ne pas allaiter, re­gretter, ne pas regretter, vouloir s’ar­rêter, essayer encore, faites comme bon vous semble, mais surtout, gar­dez-en un bon souvenir !

En fait, allaiter, c’est un choix person­nel et profond. Et c’est une question essentielle pour nous les parents.

Et le mieux dans tout ça, c’est qu’il n’y a pas de bonne façon de faire.

Ah si… le faire avec tout son amour ! (Sans juger les autres, c’est encore mieux !)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.