Pédagogie nouvelle génération

Entre les réformes scolaires qui sont loin de faire l’unanimité et un système d’apprentissage sans cesse remis en cause, nombreux sont les parents à chercher de nouvelles solutions pédagogiques pour leurs enfants. Zoom sur quelques alternatives aux écoles traditionnelles.

Largement controversé ces dernières années, le système scolaire classique français ne fait pas que des émules. Entre des réformes hésitantes, un enseignement parfois bâclé, des classes surchargées et une pédagogie basée essentiellement sur un apprentissage théorique fondu dans un esprit de haute compétition, les parents nouvelle génération sont de plus en plus tentés par des solutions alternatives, efficaces bien que peu connues du grand public. Si envoyer votre bambin étudier à l’étranger ou bien lui faire l’école à la maison ne sont pas, dans votre cas, envisageables, pensez plutôt aux divers établissements qui proposent bien souvent une pédagogie visionnaire, échafaudée fondamentalement sur la personnalité propre de l’enfant.

S’EXPRIMER LIBREMENT

Aujourd’hui, dès le plus jeune âge, votre bout de chou suit les codes de l’école traditionnelle qui lui offre un cadre qu’on ne saurait critiquer de façon vindicative mais qui impose une sorte de formatage sociétal laissant très peu de place à sa liberté d’expression. Créée par Célestin Freinet en 1935, la méthode éponyme, aujourd’hui appliquée dans des centaines de classes primaires publiques et privées en France, va à l’encontre de ce principe en proposant une marche à suivre exclusivement centrée sur l’enfant.

Active et participative, cette méthode tient surtout sa différence dans le fait qu’elle inculque aux petits écoliers de véritables valeurs de respect de soi et des autres, le tout dans un univers prônant les joies de la démocratie puisque l’enfant va même jusqu’à participer aux décisions de la vie de l’école, et ce, dès tout-petit. Ainsi, une grande place est donnée au développement de la confiance en soi, au travers de travaux libres, qu’ils soient traditionnels ou artistiques et de tâches à réaliser en équipe. S’organiser, planifier, partager son savoir-faire avec ses petits camarades et laisser libre cours à l’épanouissement de sa propre personnalité : voilà les promesses d’une pédagogie testée et approuvée aussi bien par de nombreux parents que par un personnel enseignant sans cesse plus séduit par l’aspect novateur de la chose.

APPRENDRE PAR SOI-MÊME

La transmission des savoirs, voilà l’un des principes inhérents à notre système scolaire traditionnel. Si celle-ci paraît pour le moins logique, elle est pourtant mise à mal par de nombreux spécialistes du genre, à l’image de Maria Montessori, médecin et pédagogue italienne du début du XXème siècle, qui inventa la méthode du même nom, basée pour l’essentiel sur un apprentissage volontaire. Selon Maria Montessori, tout savoir inculqué de force dans un petit être ne peut pérenniser, seule l’envie d’apprendre et le plaisir qui en découle comptant pour qu’une notion soit intégrée avec efficacité.

C’est ainsi que sont nées les écoles Montessori, particulièrement plébiscitées outre-Atlantique et gagnant peu à peu du terrain en France. Ici, tout est pour que l’enfant évolue en confiance et à son rythme, autour d’activités qui lui permettent de développer par lui-même ses capacités motrices, sensorielles et psychiques, le tout dans la plus complète des autonomies. Bien sûr, dans ces établissements vos bambins seront cadrés par des professionnels qui se révèlent être plus des accompagnateurs que de réels enseignants. Le but ici étant que l’enfant apprenne à se corriger de lui-même au travers de ses propres expériences. Autre avantage non-négligeable pour les petits écoliers et collégiens profitant de cette pédagogie, c’est l’accent mis sur l’appréhension des langues étrangères d’une manière totalement intuitive et redoutablement efficace.

LA THÉORIE MAIS PAS QUE…

Loin d’être reconnu de tous, notre système scolaire a malheureusement la réputation d’être beaucoup trop théorique voire même, pour les plus opposés au genre, d’inculquer à nos enfants de manière outrancière une orgie de connaissances qui bien souvent leur seront peu utiles dans leur construction sociale. Fondées sur les théories de Rudolf Steiner, les écoles Steiner-Waldorf proposent une vision tout à fait novatrice en France de l’enseignement, en mettant au même niveau les apprentissages dits « intellectuels » et les apprentissages artistiques et manuels.

Attachée à suivre l’évolution propre à chaque enfant, cette pédagogie séduit par ses disciplines mises en avant comme la peinture ou le théâtre par exemple, qui permettent à l’enfant d’aller au-delà des connaissances classiques et de surtout s’ouvrir au monde. Révolutionnaire, cette méthode repose également sur des cycles d’apprentissage différents des écoles traditionnelles, qui suivent l’enfant au plus près de la maternelle jusqu’au lycée, le tout dans un esprit fort d’intégration sociale et d’autonomie. L’emploi du temps des élèves concernés est lui aussi remanié, puisque selon leur soif de connaissances, une même matière peut être enseignée pendant plusieurs semaines ou quelques jours, le tout dans une écoute perpétuelle de chacun. Autre principe particulièrement apprécié des parents, le fait qu’il n’y ait pas ou très peu de notes dans la pédagogie Steiner-Waldorf, ce qui permet à l’enfant d’évoluer en toute sérénité, sans entrer dans une compétition excessive pour le moins malsaine pour la construction personnelle. Entre autonomie, aptitudes et résultats, avec la pédagogie Steiner-Waldorf, il n’y a qu’un pas.

L’ÉCOLE À LA MAISON

Si le Home-Schooling n’est pas encore une révolution en soi (en France, on compte près de 32 000 enfants non-scolarisés sur plus de 12 millions d’élèves), cette méthode plus banalisée aux États-Unis par exemple, tend à devenir un choix apprécié des parents qui se reconnaissent de moins en moins dans le système scolaire classique. Oui, faire l’école à la maison est tout à fait légal, du moment que votre mairie et l’inspecteur de l’Académie en soient informés chaque année. Mais ne fait pas l’école à la maison qui veut et ici, une certaine rigueur est à observer pour que l’enfant puisse évoluer normalement sans risquer l’échec scolaire. Deux possibilités s’offrent donc à vous, l’instruction par vos soins ou bien par des cours par correspondance publics comme le CNED ou privés comme les cours Legendre par exemple. Dans les deux cas, votre bambin sera soumis à des tests pédagogiques annuels pour s’assurer du bon apprentissage de ses connaissances.

Toutefois, si l’idée séduit de plus en plus, il faudra tout de même veiller à ce que votre pitchoune aient des activités extra-scolaires en dehors du domicile, notamment pour développer sa sociabilisation. Le parent-professeur doit aussi jongler avec brio (et fermeté!) avec ses deux casquettes pour éviter tout débordement. Vous l’aurez compris, un système pas forcément adapté à tous, puisque très contraignant. En revanche, quand la méthode fonctionne, elle s’avère très positive, à la fois pour l’enfant qui évolue à son rythme et se sent réellement soutenu, mais aussi pour les parents qui s’investissent sans commune mesure dans la réussite de leurs pioupious.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.