TERRIBLE TWO : Préparez-vous à affronter son coté obscur !

Les vacances viennent de s’achever. Vous venez de passer plusieurs jours avec votre ENFANT, 24h/24, et vous avez pu constater que son PETIT CARACTERE s’est bien affirmé…By Allo Maman Dodo

Hier encore, c’était un bébé jouf­flu qui passait son temps à ga­zouiller, dormir et pleurer quand il avait faim ou que sa couche était pleine. Trop mignon !

Et là, d’un coup, cette petite chose jadis si fragile se transforme en boule de colère ! Un vrai mini rebelle… Trop fripon !

Besoin d’autonomie, de contrôle, affir­mation de soi, non-maîtrise de ses émo­tions, ça se bouscule dans la petite tête de votre petit loup, et ce cocktail de frus­trations vire parfois au cauchemar pour les parents… HELP !

Bienvenue dans le TERRIBLE TWO !

Cette période terrible dure en général un an et vous promet des moments inoubliables (pas dans le bon sens du terme !). Comme chez So Baby, on vous dit TOUT, sans tabou, je vais vous parler de cette période et vous montrer la réalité de cette phase cauchemardesque.

C’est vers l’âge de 18 mois que votre enfant va commencer à passer du côté obscur. Il ne faut pas avoir peur, mais votre petit ange pourrait bien devenir un vrai petit diable en quelques semaines à peine ! Il grandit à vue d’oeil, il apprend vite, et il s’affirme. Maintenant qu’il sait marcher, il ne va pas se gêner pour vou­loir prendre le pouvoir.

Comment reconnaître un mini rebelle ?

Si vous répondez « OUI » à la majorité de ces points, votre enfant est dans sa phase Terrible Two !

– Il est égoïste et égocentrique.

MOI MOI ET MOI. Il affirme son individua­lité. Il veut faire tout tout seul, si vous avez le malheur de vouloir l’aider, vous vous attirerez ses foudres. Le partage ? Connaît pas. L’altruisme ? Kesako… La générosité ? Mais bien sûr ! Seul maître dans son royaume, le Terrible Two est imbu de sa personne et en est fier !

On réagit comment ? C’est simple, on ne rentre pas dans son jeu et on lui apprend le partage et les jeux en équipe ! Enfin on essaie…

– Il veut tout, tout de suite !

Tel le roi de l’univers, Mini-Rebelle n’aime pas at­tendre. La patience n’est pas sa meilleure qualité et vous serez vite relégués au rang de serviteur. Et gare à vous si vous n’agissez pas selon ses quatre volontés, la sentence sera terrible ! Dans sa tête, sa petite personne est prioritaire sur tout ce qui peut se passer dans le monde (En même temps, cela fait des mois que vous lui répétez que c’est le trésor de votre vie, alors, il vous croit sur parole!).

On fait quoi ? On reste zen, on sourit, et on explique (354 fois par jour) que ce n’est pas lui qui décide !

– Son mot préféré est « NON ».

Ce mot sera répété autant de fois que pos­sible. En ce qui concerne les activités, la vie quotidienne, la nourriture, il refuse tout ce que vous proposez. Une manière pour lui de s’affirmer en tant que per­sonne à part entière.

Truc de parent : ce qui est drôle, c’est que même quand vous proposez un bonbon ou une séance piscine, il répondra NON juste par habitude. Essayez, c’est marrant de les prendre à leur propre jeu ! (Oh, ça va, on a le droit de s’amuser un peu !).

– La violence est son principal moyen de communication.

Comme le diraient des célèbres chanteurs des années 80 « Et tu tapes tapes tapes c’est ta façon d’aimer ». (Vous avez reconnu la chanson j’espère !). Faire mal, ça leur fait du bien. Vous l’avez pourtant élevé dans la bienveillance et le respect, vous n’y échapperez pas. C’est presque « ani­mal » : Contrariété = Réaction violente. Coups de poings, griffures, morsures, coups de pieds, tout est bon pour se dé­fouler. Hepepep petit bonhomme, il y a d’autres moyens pour exprimer sa frus­tration ! La communication, c’est impor­tant, d’autant plus que c’est pendant le Terrible Two que l’enfant enrichit son vocabulaire !

Une astuce sympa : on prend doudou pour communiquer. Doudou est triste, dou­dou est énervé, doudou a mal, c’est plus facile pour eux de lui parler ou de le faire parler.

– Il ne supporte pas le refus.

Parce que bébé (oui, c’est encore un bébé à 2 ans) n’est pas le maître du monde, vous ne cédez pas à tous ses caprices. Et quand son mot préféré NON lui revient en pleine bouille, cela ne lui convient pas du tout. Refuser un refus, c’est un comble, et pourtant, c’est bien ce qui arrive chaque jour avec un Terrible Two ! Alors on devient solide comme un roc et on encaisse… Qui sera le plus têtu ?! (Bon courage pour les crises à s’en rouler par terre au supermarché, chiche, vous faites pareil ?!).

Astuce : au lieu d’imposer à un enfant à faire quelque chose, proposez lui plutôt le choix entre deux options, il choisira et aura l’impression d’être un grand.

– Vade retro Règles et Bienséance.

On doit se laver les mains avant de manger ? Quelle idée ! On range ses chaussures et son manteau ? Certaine­ment pas ! On fait la sieste ? Dans tes rêves ! Oui, pour les minis rebelles, il n’y a pas d’horaires, pas de rythme, pas de règles. Et pourtant, c’est bien ces règles qui vont l’aider à grandir et respecter les autres. Tenez bon les parents, ces règles vont devenir (quasi) naturelles dans quelques mois !

Astuce : plutôt que de donner un ordre, donnez plutôt une mission ! Ne dites pas « Mets tes chaussures on s’en va », dites plutôt « Allez, le premier qui a mis ses chaussures a gagné » ! Et regardez sa fierté quand il aura atteint son objectif !

– Jamais content, jamais assez !

Bien sûr, vous n’allez pas passer 100% de votre temps à vous confronter à cette petite bouille têtue, vous allez aussi pas­ser de supers moments. Mais dans tout bon moment, il y a une fin, que votre petit terrible ne voudra pas admettre. Il en voudra encore, il ne sera pas satisfait, pas rassasié, pas complètement heureux. Ne le prenez pas pour vous, c’est juste un caprice de diva ! N’oubliez pas de lui dire que dans 5 minutes, on s’en va, ou qu’après ce livre, on coupe les vannes, pour qu’il puisse anticiper l’arrêt de l’activité !

– Colères puissance 1000 !

Il devient rouge comme une tomate, hurle à en casser les vitres, son visage se déforme comme dans un film d’horreur, ce pe­tit bout devient un vrai monstre en quelques secondes seulement. Les dé­monstrations de colère sont courantes et parfois impressionnantes.

Comment agir ? On sort ses dernières cartes : l’humour (les chatouilles, ça change les idées), le détournement d’at­tention (« Oh, regarde, un bébé oiseau dans le ciel !) et les aides au retour au calme (chanson, câlin, verre d’eau) et si ça ne fonctionne pas, la meilleure arme c’est l’ignorance ! Et n’oubliez pas de les prendre en photo pour ajouter au diapo des 18 ans devant les copains (Oui, je sais, c’est mal, mais on a toujours besoin de vieux dossiers !).

Vous en avez bavé ? Vous vous deman­dez quand cela va s’apaiser ?

Vous n’avez pas encore vu le Terrible Four : plus fort, plus concentré, plus affirmé… Vous allez vous confronter à l’insolence, la susceptibilité, l’impulsivité, les reproches… Et surtout, multipliez par deux et vous obtiendrez… la crise d’adolescence ! Mais ça, je vous en parle­rai dans quelques années…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.