La DME, diversification menée par l’enfant

On connaît tous la DIVERSIFICATION ALIMENTAIRE traditionnelle. Mais saviez-vous qu’il existe une autre ALTERNATIVE à la case purée ? Petit tour du côté d’une tendance qui possède bien des atouts…

La diversification est un terme qui parle à toutes les jeunes mamans. Après quelques mois à avoir été nourri exclusive­ment de lait ( maternel ou ma­ternisé), le bébé doit diversifier son alimentation c’est à dire commencer à manger des légumes et des fruits. Le début de cette diversification dépend des pédiatres, des moeurs, mais aussi des bébés. Ainsi, à certaines époques, on a demandé aux mamans de com­mencer la diversification très tôt, vers 3 mois, alors que pour d’autres c’était plus tard. Normalement, il faudrait débuter à 6 mois. Mais pour raisons médicales, comme pour le cas d’un re­flux, on commence souvent plus tôt, vers 4 ou 5 mois.

On introduit alors les fruits ou les lé­gumes (là encore ça peut varier selon les pédiatres ou les envies), en purée, c’est à dire complètement mixés. On commence par un légume, pour voir si l’enfant ne fait pas de réaction aller­gique, pendant deux-trois jours, puis l’on change. Par la suite, des mélanges pourront être faits, puis d’autres ali­ments pourront être intégrés, comme la viande ou le poisson. Voici, en ré­sumé, comment se déroule une diver­sification classique.

Cependant, une autre méthode existe et elle est de plus en plus utilisée par les jeunes mamans. Il s’agit de la Di­versification Menée par l’Enfant ou Baby Led Weaning (BLW) en anglais.

La DME, kesako ?

Cette tendance est très simple à ap­pliquer, car elle consiste à laisser bébé contrôler son alimentation et se nourrir par lui-même. Il s’agit de lui présenter, dès qu’il est prêt, des mor­ceaux de nourriture et de le laisser se débrouiller avec. Exit les purées, on passe directement à de la nourri­ture comme nous la mangeons nous, adultes. Dans certaines cultures, la nourriture spéciale bébé n’existe pas. Les mères ne broient pas les aliments et les enfants mangent comme les parents quand ils se sentent prêts et qu’ils commencent à picorer de la nourriture dans les assiettes de leurs parents !

Cette tendance pourrait se rappro­cher, dans une autre mesure, à celle de la motricité libre : on laisse l’enfant se débrouiller seul pour trouver les étapes de son développement : rouler sur le ventre, s’asseoir, faire du quatre pattes, se mettre debout, marcher. Sans le forcer, ni l’aider, mais en res­pectant son rythme. La DME , c’est la même chose, mais avec la nourriture !

Quand commencer ?

Comme je l’ai dit plus haut, la diversi­fication classique devrait se faire vers 6 mois, en général. Mais cela ne pose souvent pas vraiment de soucis de commencer plus tôt, vers 4-5 mois en fonction des avis et des envies.

Pour la DME, c’est tout à fait diffé­rent. Il serait dangereux de commen­cer avant que les bébés soient prêts. Et ils le font souvent bien savoir, en étant curieux et en voulant attraper ce que vous mangez ! Mais si vous dou­tez et que vous n’arrivez pas à savoir si votre enfant est prêt, sachez que vous ne pourrez pas débuter avant ses 6 mois car il ne sera physiologique­ment pas apte à le faire. En effet, la bouche d’un nourrisson est faite pour avaler du liquide seulement. À cet âge là, bébé aspire mais n’avale pas. Tout aliment solide serait rejeté par un ré­flexe, à peine entré en contact avec la langue. Ce réflexe, appelé réflexe anti-étouffement, réflexe nauséeux (ou vomitif) ou encore gag-reflex va s’éloigner vers l’arrière de la gorge vers 6 mois pour disparaître com­plètement à l’âge adulte. Grâce à cet automatisme très pratique, bébé va recracher les trop gros morceaux et éviter ainsi la plus grande crainte de ses parents : l’étouffement. C’est évi­demment ce qui freine la plupart des parents à utiliser cette méthode et à se tourner vers les purées : la peur que bébé s’étouffe. Mais pourtant, personne ne nous parle de ce réflexe pour nous rassurer…

En fait, les purées ont été inventées pour que l’on puisse diversifier Bébéplus tôt en lui donnant d’autres ali­ments mais toujours sous forme lisse, ce qui ne pose donc aucun souci. Cependant, donner des purées à un tout-petit ne lui permet pas de faire travailler tout ce dont il est capable à cet âge là (6 mois et + ) : la motricité fine (attraper des aliments et les por­ter à sa bouche), mastiquer, mâcher, avaler autre chose que du lisse et, si jamais, faire travailler son réflexe an­ti-étouffement.

A 6 mois, l’enfant est donc prêt au niveau de son système digestif, de sa mâchoire et de sa motricité. Et s’il n’a pas encore de dents, aucun problème ! Il peut très bien mâcher avec ses gen­cives sans aucune difficulté.

Quelles sont les règles pour bien débuter ?

Avant d’attaquer cette méthode, il faut que les parents soient prêts éga­lement. Avec la purée, on sait exac­tement la quantité que bébé ingère, alors qu’avec la DME, beaucoup moins. Il faut être clair : au début, la diversification est une découverte pour l’enfant. Avant l’âge d’un an, la nourriture est simplement une nou­velle expérience car le lait reste sa première source d’alimentation. Il ne doit absolument pas être obligé de terminer ce que vous lui donnez. Il peut juste goûter, ou peut-être même pas, c’est lui qui gère la quantité! Vous devez être d’accord avec le fait qu’il peut uniquement observer, jouer avec la nourriture.

Offrez une alimentation variée et pas trop difficile à mâcher. Ce n’est pas parce que vous allez lui proposer des morceaux que vous pouvez tout vous permettre ! Le calendrier de l’alimen­tation en fonction de son âge reste va­lide, et, comme pour la diversification classique, vous n’allez pas tout intro­duire en même temps !

Si vous pensez être prêts, alors il va falloir quelques règles de sécurité :

– Bébé doit tenir assis, ou, à défaut, être en position bien assise et pas in­clinée.

– Il faut lui donner des morceaux adaptés (qui vont être facile à mâcher, qui vont facilement fondre dans la bouche).

– Ne mettez pas un morceau vous-même dans la bouche de Bébé, lais­sez-le gérer tout seul, car ça pourrait le gêner et causer un accident. Il doit absolument attraper et porter à sa bouche de son propre chef.

– Ne laissez pas bébé tout seul quand il mange. Comme pour tout le reste, un bout’chou doit être surveillé. Ce n’est pas parce qu’il possède un ré­flexe anti-étouffement qu’on va le laisser manger et partir faire autre chose. Au contraire, faites-en un mo­ment de convivialité et passez à table en même temps que lui ! Cela l’aidera à vous imiter et à bien mastiquer.

– N’ayez pas peur en cas de réflexe anti-étouffement et laissez-le gérer. Ce n’est pas simple, surtout au début, mais il ne faut vraiment pas intervenir tant que bébé s’en sort tout seul. Vous ne devez absolument pas lui mettre le doigt dans la bouche pour aller cher­cher l’aliment ou pire, lui taper dans le dos. Vous verrez que votre loulou gère bien tout seul s’il tousse ou vous donne l’impression qu’il va vomir, s’il devient un peu plus rouge que d’ha­bitude et finit par recracher son mor­ceau. Par contre, si bébé devient bleu, qu’il n’arrive plus à respirer ou perd conscience, c’est qu’il est dans un cas d’étouffement et il faudra prévenir les secours. Soit dit en passant, il est toujours utile de refaire un stage de secourisme quand on a un enfant à la maison!

Avantages et inconvénients

Cette méthode a évidemment de nombreux avantages !

– Tout d’abord, Bébé mange à son rythme et à sa faim. C’est lui qui choisit ce qu’il mange, il n’est plus dé­pendant de ses parents qui le forcent en lui ingérant les cuillères dans la bouche.

– Ensuite, il développe sa confiance en lui et son autonomie. Il décide, il fait tout seul.

– Il développe sa motricité fine en at­trapant les aliments avec ses doigts et améliore sa coordination.

– Il mange à table en même temps que sa famille et prend plaisir à imiter ses parents en mangeant de la même fa­çon qu’eux.

– Il découvre une nouvelle expérience à chaque repas avec de nouveauxgoûts et de nouvelles textures.

Mais, qui dit avantages, dit inconvé­nients !

Il faut donc être prêt à accepter la sa­leté et le bazar. Évidemment, un bébé de six mois qui mange tout seul, ça donne un bébé qui a de la nourriture jusqu’aux cheveux, sans compter tout ce qui finit par terre !

Par ailleurs, ce n’est pas toujours bien facile à appliquer quand on est invité chez d’autres personnes. Et pas forcé­ment compris non plus !

Vers un compromis ?

Si on découvre cette méthode alors qu’on a déjà commencé les purées, est ce possible de la mettre en place quand même ? Et si l’on a envie de garder des purées de temps en temps, et d’y ajouter des morceaux ? Certains préconisent qu’il ne vaut mieux pas mélanger : la purée est aspirée par bébé alors que les morceaux sont ava­lés, et ce n’est pas du tout le même principe ! Cela pourrait alors créer une confusion chez l’enfant qui ne saurait plus comment faire. Si vous avez commencé les purées et que vous voulez passer à la DME, on conseille plutôt de passer aux morceaux sans redonner de purées.

Pour autant, on entend aussi, dans un autre registre, la confusion sein/tétine d’un allaitement complété par des biberons. Mais cela fonctionne très bien chez certains enfants… Il en va de même pour la DME. Alors si vous souhaitez faire une méthode mixte, renseignez-vous bien sur le sujet et surtout regardez où en est votre bébé. A-t-il bien compris comment masti­quer ? Comment avaler ? Car il ne fau­drait pas qu’il aspire les morceaux…

Pour aller plus loin

Pour aller plus loin et bien vous ren­seigner sur cette tendance, je vous invite à aller faire un tour sur le site bebemangeseul.com qui est une mine d’or sur le sujet ! Vous pourrez égale­ment trouver un livre, « Tout savoir sur la DME », écrit par Émilie Pinard, la créatrice du site. En vous connec­tant sur cette plate-forme, vous pour­rez acheter son livre en ligne et le té­lécharger sur votre ordinateur. Ainsi, vous saurez tout sur le sujet et pour­rez commencer en toute quiétude. Bon appétit !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.