Un dessin, une histoire…

Comme la plupart des parents, vous vous demandez sûrement quelles sont les significations cachées des dessins de vos enfants. Entre gribouillis et toiles de petits maîtres, voici quelques explications.

Ah les dessins d’enfants… un frigo qui ressemble beaucoup plus à une composition de Picasso (sous acides?!?) qu’à un appareil électroménager, des murs autrefois immaculés et aujourd’hui… comment dire, un brin avant-gardistes dans leur genre et des menottes toutes tachetées, que l’on savonne, encore et encore : voilà le quotidien joliment coloré de tous les parents.

Oui, le dessin pour un enfant, c’est un geste réflexe. Tout-petit, parfois même avant de savoir marcher ou même parler, il drague avec frénésie le bout de papier. Mais alors que l’on pourrait penser ces quelques coups de crayons anodins, ils révèlent bien souvent les sentiments profonds de vos enfants, ses envies, ses rêves mais aussi ses craintes. Ce n’est pas pour rien que les pédopsychiatres s’intéressent de très près à ces petits chefs d’oeuvres lourds de sens. Et même si nous ne pouvons remplacer l’oeil averti d’un professionnel, voici quelques pistes pour tenter de comprendre la face cachée des petits trésors artistiques de vos bouts de chou…

AVANT TOUTE CHOSE

Avant de prendre votre loupe pour décortiquer de fond en comble les dessins de vos pitchounes, il faut tout d’abord se mettre à la place d’un enfant. Son regard innocent, son interprétation des choses et ses ressentis sont bien différents de ceux que nous pouvons avoir, une fois adultes. En premier lieu, il est essentiel d’analyser le contexte dans lequel l’enfant dessine. Est-ce une activité à laquelle il s’adonne très fréquemment ou bien plus spontanément ? Cela peut-il arriver qu’il soit en train de faire autre chose et que subitement, il lui prenne l’envie de dessiner ? Le dessin est pour un bambin un certain exutoire. Mais c’est aussi le résultat d’une envie instinctive et ponctuelle. Aussi ne faut-il pas juger d’une esquisse sur la durée, mais bien la replacer dans l’instant dans lequel elle a été réalisée.

Dans un second temps, fiez-vous à votre intuition de parent. Quelle impression générale donne le dessin que vous observez ? Ressentez-vous de la joie avec des couleurs qui explosent dans tous les sens ou au contraire une certaine tristesse voire quelque chose d’un peu plus lugubre ? Le but ici n’est pas de psychanalyser votre enfant, ce n’est pas, à priori, dans nos compétences de mamans et papas. Mais simplement de connaître l’humeur dans laquelle se trouve votre chérubin. Un dessin reflète un sentiment, souvent joyeux, parfois moins. Et si vous estimez qu’un dessin paraît un peu trop inquiétant pour son jeune âge, peut-être a-t-il tout simplement vu une scène un peu déstabilisante dans un dessin animé et que son seul moyen d’exorciser ses peurs, c’est de dessiner ? N’hésitez pas en cas de doute à en parler avec lui, sans jouer les inquisiteurs, mais tout tranquillement, pour qu’il essaie de poser des mots sur sa perception des choses.

CHAQUE DÉTAIL COMPTE

Vous avez fait une première approche du dessin de votre enfant et souhaitez aller plus en profondeur dans votre analyse ? C’est parti pour de nouvelles étapes à prendre tout de même avec une certaine dose de légèreté, pour ne pas tomber dans des inquiétudes souvent infondées et angoissantes.

Ensuite donc, et c’est valable surtout quand les enfants commencent à grandir, apprenez à repérer le personnage ou l’objet principal de son oeuvre. Tout naturellement, un petit bouchon cherchera à se représenter sur sa feuille, par un personnage qui lui ressemble par exemple. Quel place occupe-t-il sur sa propre estampe ? Est-il central et imposant ou au contraire relégué à un petit coin de papier, en tout petit ? Ce premier élément vous donnera quelques clés pour comprendre comment se sent l’enfant à l’instant T.

Les autres bonhommes, animaux ou petits monstres sont tout aussi essentiels. Qu’a-t-il voulu représenter ? Sa famille par exemple ? Selon la grandeur des personnages, vous pourrez assez vite percevoir si sur le moment, il a une petite dent contre vous ou l’un de ses frères et soeurs par exemple. Si dans la représentation qu’il fait de lui-même, il semble s’éloigner des autres personnages, peut-être a-t-il une petite sensation de solitude latente qui l’habite et il est de bon ton d’essayer de comprendre pourquoi. Les animaux qu’il dessine sont eux aussi de très bons indicateurs de son humeur du moment. Un lion en cage aux dents acérés témoignera d’une certaine dose d’agressivité ou d’agitation, tout simplement, alors qu’un petit chaton tout mignon ou un nounours indiquera qu’il est dans un plein élan de tendresse.

Enfin, si les couleurs sont primordiales à l’analyse d’un dessin, mieux vaut tout de même chasser les idées reçues. Un dessin très coloré indique oui, une belle joie de vivre mais l’utilisation du noir, n’est pour autant pas le signe qu’il se morfond. C’est une teinte au contraire très attractive pour un enfant. Aussi faut-il être mesuré dans son analyse au risque de virer chèvre…

UN DESSIN, UN SYMBOLE !

Lorsqu’il s’agit d’évoquer les dessins des enfants, quelques incontournables font surface, et ce n’est pas pour rien. En tête de liste des croquis favoris de vos joyeux trublions : la maison. Celle-ci a toute son importance car elle évoque

l’univers de votre enfant. Une maison imposante et centrale avec petits oiseaux, chemins et fenêtres ouvertes représentent un sentiment de bien-être. Une toute petite maison isolée peut en revanche traduire un sentiment de solitude, une crainte du monde extérieur ou un manque de confiance en soi par exemple. Il est fréquent également qu’un enfant ayant des parents divorcés se plaise à dessiner deux bâtiments différents, correspondants à chacune de ses familles. Tout l’intérêt ici est d’observer si ces deux maisons sont identiques ou si l’une d’entre elle est favorisée… Tout un débat !

Les bonhommes ont aussi une place de choix dans l’imagination de votre enfant. Le plus chouette dans le dessin d’un personnage, c’est de voir son évolution dans le temps. Le bâtonnet à bras et jambes tous fins laissera bientôt place à des images plus construites et plus détaillées. En revanche, observez si tous les éléments du visage sont présents. Une bouche en moins et il y a certainement un non-dit, des yeux tout-petits, une volonté de s’intérioriser. L’arbre, symbole de l’homme par excellence, peut avoir des dizaines de significations en fonction de son placement, sa taille et les couleurs qu’il met en avant.

Côté couleurs, on peut aussi trouver des symboliques dans les teintes utilisées, bien qu’il faille aussi prendre en considération, ce que l’enfant a sous la main ! Les petits chenapans sont particulièrement attirés par le rouge et le jaune, couleurs du dynamisme et de l’agressivité selon les spécialistes. A prendre avec des pincettes bien évidemment ! En règle générale, le bleu et le vert sont quant à eux synonymes de bien-être, que ce soit dans la famille ou en société… Mais ici ne vous mettez pas martèl en tête et laissez votre petit bout jouer du pinceau !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.