Accouchement : doit-il y assister ?

Si pour la plupart des hommes assister à l’ACCOUCHEMENT est une évidence, d’autres trouvent la chose beaucoup moins attrayante. Portraits de FUTURS PAPAS.

L’impatient

Ce futur papa là, on peut le reconnaître à 100 kilomètres à la ronde. Depuis le début de la grossesse, votre cher et tendre n’a de cesse de toucher votre joli ventre arrondi, tentant au mieux de survivre à cette terrible attente des neuf longs mois interminables qui an­noncent l’arrivée de Bébé. Quelques jours avant l’accouchement, il risque­rait même de vous demander à tout bout de champ si vous ne ressentez pas ne serait-ce qu’une toute pe­tite contraction, impatient de vous conduire à la maternité. Votre néces­saire pour la clinique prêt depuis le 4ème mois (oui, oui, il a insisté pour boucler au plus tôt vos valises), votre homme est sur les starting-blocks ! Pour lui, c’est une évidence, assister à l’accouchement est une certitude inaliénable. Attention cependant, il sera peut-être difficile pour vous de ne pas avoir envie de l’étriper lorsque monsieur fera les cent pas dans la salle de travail pendant que vous luttez pé­niblement contre vos contractions, regardant l’horloge murale toutes les trois secondes. Caméra au poing et appareil photo à la main, vous serez au moins certaine qu’avec lui, vous n’en raterez pas une miette !

L’anxieux

Plus inquiet que vous, ce papa là, s’il ne redoute pas de devenir père, ap­préhende par contre l’accouchement au plus haut point. « Va-t-elle souf­frir ? Vais-je tenir le coup ? Vais-je réussir à couper le cordon ? » Avec autant de questions à la seconde, votre homme pourrait bien ressentir quelques contractions de nervosité avant vous ! Aussi, tentez de le ras­surer au mieux en lui disant qu’il sera, vous en êtes certaine, à la hauteur et que vous avez surtout besoin de lui à vos côtés. Attention toutefois, expli­quez-lui tout de même que le moment venu il faudra qu’il garde pour lui ses doutes et ses craintes, vous-même étant déjà harcelée par les vôtres. Et si le futur papa porte sur son visage les traits marqués de l’anxiété, sachez que dès lors que votre petit bout sera né, tout disparaîtra comme par magie pour laisser place au fameux sourire béat d’un homme nouvellement père.

L’émotif

A l’annonce de votre grossesse, il n’a pu retenir ses larmes. Le premier body acheté ? Il a pleuré… Aux écho­graphies ? Il sanglotait de joie… Et oui, dans ce cas précis, votre homme est un émotif bousculé par vos hor­mones de grossesse. Si pour vous la situation est quelque peu extrême, dites-vous bien que nombreuses sont les mamans qui aimeraient voir en leur compagnon ne serait-ce que le quart d’émotivité que ressent le vôtre. Pour lui, l’accouchement devrait être au même titre que pour vous, un mo­ment unique et merveilleux à vivre et à partager. S’il risque de verser sa larme au moment de la délivrance, dites-vous bien que vous vivez là le plus beau moment de votre vie et que ses émotions envahissantes trahissent simplement son sentiment de bon­heur infini…

Le courageux

Le futur papa courageux est en réalité un futur papa très malin. Lorsque vos proches lui demandent s’il va assister à l’accouchement, il feint une assurance exagérée qui cache en fait une jolie part d’anxiété. Pour lui, être présent à vos côtés est une mission qu’il mènera coûte que coûte et avec les honneurs. Il aime organiser les moindres détails de chaque chose car cela lui donne une certaine impression de contrôler la situation. Et pour cela, ne vous in­quiétez pas, il contrôle ! Le top avec le futur papa courageux, c’est qu’il sait vous rassurer et met un point d’orgue à vous accompagner au mieux lors de l’accouchement. Et une fois Bébé arrivé, vous pourriez être surprise par cette petite larme qu’il lâche sans s’en rendre compte, ému par l’apparition angélique de votre enfant…

Le réfractaire Si votre compagnon émet depuis tou­jours de sérieuses oppositions quant à sa présence en salle d’accouchement, vous êtes certainement en présence du seul cas où l’assistance de votre tendre moitié à la naissance de votre enfant est fortement compromise. Peur viscérale du sang ? Angoisse des hôpitaux ? Crainte inavouée de s’éva­nouir ? Les raisons peuvent être nom­breuses et variées et ici, même si pour vous les choses sont difficiles à com­prendre, vous ne pourrez que vous plier à sa volonté. Si vos arguments de pauvre future maman apeurée ne changent rien, n’insistez pas et laissez le temps agir de lui-même. Avec un peu de chance, votre homme change­ra d’avis et portera la fameuse blouse tant redoutée…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Merci de votre visite