Chef, oui, Chef !

La question de Stéphane, papa de Léa et Mario âgé de 7 et 11 ans.

« Je suis cuisinier de métier et à la maison, c’est toujours moi qui prépare les repas. J’aimerais bien passer le relais de temps à autre à ma femme mais elle déteste cuisiner et j’ai peur de la vexer. Des solutions pour aborder le sujet ? »

C ontrairement à ce que la société pourrait laisser penser, toutes les femmes ne naissent pas avec un tablier autour de la taille et une cuillère en bois dans la main. Prises entre les corvées quotidiennes, le travail et les enfants, nombreuses d’entre nous se contentent du minimum syndical, d’autant plus quand on a la chance d’avoir un petit cordon bleu de chéri à la maison.

Il se peut aussi dans cette situation précise que votre tendre moitié ait la douloureuse impression de ne pouvoir faire rivaliser son plat de pâtes au jambon trop sec avec votre savoureux filet mignon dont les petits raffolent. Aussi est-il essentiel dans un premier temps de comprendre pourquoi Madame ne souhaite pas passer derrière les fourneaux. Est-ce par facilité ou par peur de mal faire ? A vous d’enquêter…

UN PROBLÈME, DES SOLUTIONS

Si le joli robot culinaire que vous lui avez offert l’an passé pour son anniversaire l’a laissée quelque peu perplexe, adoptez une nouvelle stratégie. La cuisine est votre métier, voire votre passion ? Entraînez-la dans votre univers autant que possible au cours de dégustation plaisir en tête à tête. Profitez d’un petit dîner en amoureux pour aborder gentiment les choses, tout en lui faisant comprendre que les petits eux-aussi aimeraient bien goûter les petits plats de leur jolie maman.

Pour appâter votre chère et tendre, il faut qu’elle trouve en la cuisine un véritable moment de plaisir et de partage. Pourquoi ne pas lui offrir quelques ateliers gourmands à découvrir en famille ? La pâtisserie devrait être ici votre principal allié et les mines réjouies de vos bouts de chou, des pistes sérieuses à creuser.

A la maison, proposez-lui quelques leçons particulières autour des menus préférés des enfants et ôtez-lui chacun de ses complexes. Il faut qu’elle s’investisse réellement dans sa nouvelle mission, à la fois pour répondre à votre besoin de rendre le tablier, mais aussi et surtout pour ressentir la fierté que procure des mines extasiées devant un plat bien mijoté.

La manière douce ne fonctionne pas ? Entamez une grève de la faim ! Tout en veillant à l’équilibre alimentaire de vos chérubins, faites-en le minimum possible. Poisson bouilli, pommes de terres sautées et le tour est joué. Très vite, votre compagne habituée à la délicatesse de vos plats comprendra que quelque chose ne tourne pas rond. Et il n’y a rien de plus fort que l’appel de l’estomac d’une demoiselle affamée…

NOTRE CONSEIL :

Essayez autant que possible d’aborder la chose avec humour au risque de braquer votre chère et tendre. La distribution des corvées est un débat sensible au sein des couples et il est tout de même essentiel de ne pas garder le moindre malaise pour vous !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.