Bébé peut-il manger comme un grand ?

Bébé grandit de jour en jour et devient un véritable petit homme. Il se déplace plus facilement, vous assène de moues à la fois boudeuses et joyeuses et s’exprime de mieux en mieux. Mais si entre bébé et enfant il n’y a qu’un pas, côté alimentation, ça donne quoi ?

Si Bébé est le seul petit bout de chou de la maison, la question de l’alimentation n’est somme toute pas très compliquée à gérer. Avec une bonne dose d’informations et un petit brin de créativité, les repas de votre pitchoune devraient être autant de jolies découvertes et de bons moments à passer. D’autant plus que de nos jours, les hypermarchés fourmillent de mille et une astuces pour nourrir son enfant de manière équilibrée et saine, tout en variant les recettes pour un maximum de plaisirs gustatifs. L’avènement du Web permet lui aussi aux mamans (et aux papas chefs!), d’échanger tout un tas d’idées gourmandes, pour satisfaire les envies de Bébé.

Mais qu’en est-il quand autour de la tablée familiale, d’autres bambins plus âgés peuvent piocher allègrement dans les plats des plus grands tant convoités de votre petit curieux ? Tout de suite, le casse-tête est tout autre et la composition des menus de votre joyeuse tribu devient un imbroglio sans fin…

PETIT À PETIT…

Si avant l’âge de 18 mois votre petit bout doit encore obéir à certaines règles côté alimentation, dès lors qu’il passe ce cap, il peut à peu près manger de tout, même si quelques petits aménagements s’imposent. Dans un premier temps, avec un bébé, il faut apprendre à avoir la main légère sur les quantités. En effet, si votre angelot, question balance, pouvait se permettre tous les écarts jusque là, il faut maintenant faire preuve de vigilance pour ne pas qu’il tombe en sur-poids comme 1 enfant sur 7 aujourd’hui en France et ne risque des problèmes de santé plus ou moins graves sur le long terme.

18 mois, c’est aussi l’âge des grandes nouveautés, des petits morceaux parfois difficiles à introduire et celui des premières moues boudeuses musclées. Aussi, même s’il faut apprendre à votre chérubin à apprécier le maximum de saveurs pour qu’il développe ses propres goûts, la première des règles à observer avec un enfant concernant l’alimentation est d’être à son écoute. En effet, plus vous le forcerez à « aimer » tel ou tel aliment, plus vous risquez de le braquer et de le voir vous refuser toute nouveauté. C’est la même chose bien sûr concernant les textures et les morceaux, prenez en compte les desiderata de votre bout’chou et laissez-le évoluer à son rythme.

Observer votre enfant avec soin vous permettra également de détecter tous types d’allergies alimentaires éventuelles. D’ailleurs, pour pallier à celles-ci, introduisez progressivement les aliments à risque dans les menus de votre fripouille pour en relever toutes les fausses notes potentielles.

DES RECETTES ADAPTÉES

Assez de passer à table en famille alors que votre baby fait la moue sur sa purée ? Vous pouvez maintenant lui faire apprécier vos talents culinaires, tout en faisant quelques petits aménagements tout de même. Vous aimez les plats épicés ? Réservez-lui une portion de repas moins assaisonnée (et surtout beaucoup moins salée!) pour préserver son petit foie. Attention cependant, sachez que les épices, consommées avec modération, ne mettent en aucun cas en danger la santé de Bébé mais peuvent tout simplement altérer le goût de ses aliments et fausser sa découverte des saveurs. Idem pour les condiments dont raffolent les petits comme le ketchup et la mayonnaise : ayez la main légère !

Vos « grands » se damneraient pour vos plats en sauce ? Là encore, vos mini-moi peuvent en apprécier les nuances, à petite dose bien sûr. Si la viande n’est pas un aliment à consommer chaque jour (deux à trois fois par semaine suffisent à raison de 60 grammes maximum par jour), un petit plat en sauce de temps à autre ne fait pas de mal ! Pour faciliter la digestion de votre enfant, préférez tout de même les viandes maigres et faciles à mâcher.

ET LES ALIMENTS CRUS DANS TOUT ÇA ?

Bien que l’été soit définitivement derrière nous, les carpaccios de saumon et autres tartares de boeuf peuvent encore venir agrémenter vos menus et là encore, vous vous posez la question de savoir si votre enfant peut en manger. En raison des bactéries qui peuvent proliférer sur la viande de boeuf crue par exemple, même si elle est consommée directement

au sortir de chez le boucher, elle est tout de même à éviter. Idem pour les poissons crus et sushis, qui demandent une grande méfiance (et une congélation absolue, seule action à pouvoir éliminer les vermines potentielles contenues dans ceux-ci), on préférera patienter un peu. En revanche, tout ce qui est carpaccios de fruits et de légumes de saison, c’est à volonté bien évidemment.

BOIRE UN PETIT COUP C’EST AGRÉABLE…

Ah les boissons… Grande problématique ! Les sodas et leurs goûts et couleurs si attrayantes sont autant de tentations à proscrire pour les plus jeunes (et avec modération pour les plus grands…). Les boissons lights sont à éviter également tout comme les sirops trop sucrés. Pour donner de la saveur à l’eau tant redoutée des petits, ajoutez du sirop sans sucre par exemple ou préférez les jus de fruits frais ! Et oui, les jus concentrés ne sont pas forcément les meilleurs amis des enfants… En revanche, en toutes circonstances, n’oubliez pas d’hydrater très souvent vos bambins car ils se fragilisent plus facilement que nous autres adultes !

NO GRIGNOTAGE !

Même si votre enfant grandit, il ne doit pas pour autant s’adonner aux joies du grignotage, qu’on laissera, avec parcimonie, aux plus âgés. Essayez autant que possible de déterminer des horaires de repas fixes pour faciliter sa digestion, et adaptez les menus en fonction du moment de la journée. Ainsi, les repas du soir doivent-ils être plus légers pour optimiser la phase de sommeil. N’oubliez pas non plus d’intégrer suffisamment de laitages dans l’alimentation de votre enfant, en complément de quelques savoureux bibis de lait…

PATIENTER ENCORE UN PEU…

Dès l’âge de trois ans, un enfant devient un véritable « grand » et se voit quelque peu libéré des contraintes alimentaires des tout-petits. Attention cependant, certains aliments ne sont pas forcément mauvais pour la santé de votre enfant mais doivent être réservés à des événements ponctuels. Une tranche de saucisson ou toute autre charcuterie ne représente pas de réel danger, mais il ne faut pas pour autant en abuser. La règle est la même pour le fameux hamburger frites, qui doit rester un plaisir opportun. Sachez d’ailleurs qu’en ce qui concerne les fast-foods, vous pouvez ruser et remplacer aujourd’hui les pommes de terre par quelques tomates cerise ou la glace par un fruit. Le tout étant d’équilibrer avec les repas suivants. Équilibre et juste dose, voilà les clés de repas en famille conviviaux et plaisir avec Bébé !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Merci de votre visite