La chasse aux sorcières

Tomber enceinte de son premier enfant, c’est la plus belle des expériences qui soient. Certes. Mais c’est aussi PLONGER LES YEUX FERMES, sans filet, sans bouée et sans maillot, dans les marécages sinueux et un brin moqueurs des IDEES RECUES. On passe un coup de balai ?

Du côté de l’assiette…

« Maintenant, tu dois manger pour deux ! » Et puis quoi encore ? Voilà sans doute le conseil relativement avisé d’une ma­man un brin (trop) cajoleuse. Ce n’est pas parce que vous attendez un enfant qu’il faut en permanence demander du rab à la cantinière. Au contraire ! Même si vos besoins nutritionnels changent inévitablement avec l’arri­vée d’un baby, vous ne devez en au­cun cas vous abandonner aux joies de la double ration. Non seulement cela pourrait entraîner une prise de poids beaucoup plus importante qu’à la nor­male, mais aussi engendrer des pépins plus ou moins sévères tout au long de la grossesse, pour vous comme pour votre bébé. Ayez la fourchette légère, adaptez votre alimentation et freinez vos ardeurs… Et puis franchement, vous pensez vraiment que votre petite crevette a besoin de ce deuxième sala­dier de couscous-royal-chocolat-chan­tilly ?

Café or not café ?

« Alors comme ça, tu bois du café ? » Mais dites-moi, elle n’aurait pas les yeux revolver votre belle-mère ? Et le pire, c’est qu’elle ne rate jamais une occa­sion de vous flageller ou vous rap­peler combien ELLE était parfaite lorsqu’elle attendait son amour de fils. La prochaine fois qu’elle grimacera devant votre tasse de café fumant ou de thé mentholé, vous pourrez (genti­ment ou pas, les hormones ont parfois bon dos) lui rétorquer qu’avec modé­ration, la caféine ou la théine ne repré­sentent pas de dangers particuliers pour vous ou pour votre bébé. A rai­son de deux ou trois tasses maximum par jour, vous restez dans la limite du raisonnable. Quant aux sodas, même s’il est toujours préférable d’en freiner la consommation à cause du sucre à profusion qu’ils contiennent, à petites doses, ils ne sont pas plus nocifs pen­dant la grossesse.

Mon joli bidou

« Ton ventre ressemble à un ballon, tu attends un garçon ! » Ah qu’elles sont longues ces semaines avant que le verdict du sexe de Bébé ne tombe enfin. Et côté zizi ou zézette, les pronostics vont bon train ! « Si, si, tu as le ventre en forme de bouée ma chérie, tu auras une fille »… Votre tantine est peut-être bien gentille, mais elle a tout faux ! Si la légende ur­baine est te­nace, elle n’a pourtant au­cune véra­cité scien­tifique et seule la deuxième échographie qui se profile entre la 20ème et la 22ème semaine d’aménorrhée peut clairement définir le sexe de votre petite fripouille. De la même façon, danser nue sous la pleine lune, prati­quer une séance de spiritisme avec un bouchon de tube de colle ou consul­ter la voyante du coin qui n’est autre que la factrice à ses heures perdues, ne pourront vraisemblablement pas vous éclairer sur la question. Patience et lon­gueur de temps…

Au septième ciel

« Prendre l’avion, tu es folle ou quoi ? » Ben oui quoi, vous imaginez ces coups de pression au moment du décollage, des turbulences ou de l’atterrissage de l’appareil ? Plus sérieusement, prendre l’avion n’est pas plus dangereux pour une femme enceinte que pour une hôtesse de l’air chevronnée. Sauf contre-indication médicale, un vol AR pour Marrakech pour un petit week-end détente et bougies parfumées avec votre cher et tendre, ce n’est pas Space Mountain non plus. Bien sûr, à partir du septième mois, il est toujours pré­férable de rester à terre, étant donné la date d’accouchement qui approche. Seul petit hic quand on embarque pour les nuages enceinte, une petite sensa­tion d’inconfort peut apparaître. Sont mis en cause, les vomitos dans les sacs en papier, les jambes qui enflent plus facilement, les bouffées de chaleur et les muscles qui s’endolorissent. Alors on prévoit un bracelet anti-nausées, des bas de contention, de quoi se ra­fraîchir et on fait les cent pas jusqu’aux toilettes pour se dégourdir les gam­bettes, au risque de passer pour une vraie Madame-Pipi.

Double peine

« Ma pauvre, tu attends des jumeaux ? Tu vas grossir deux fois plus ! » Vous attendez des jumeaux, des triplés, voire plus ? Aïe, ça risque de faire mal côté ba­lance, dixit votre adorable belle-soeur qui a toujours le mot pour faire plaisir. Rassurez-vous, ici, il n’y a pas de vérité absolue. Bien évidemment, vous aurez le poids d’un second bébé dans votre joli bidou, mais ce n’est pas pour au­tant que vous prendrez deux fois plus de poids. Inutile donc de fustiger votre génétique ou celle de votre amoureux, si vous restez vigilante et suivie, vous ne deviendrez pas deux fois plus ba­leine qu’une autre.

Libérée, déchaînée…

« Waouh, avec les hormones, ça doit swinguer côté galipettes ! » Et bien il faut croire que votre best-friend n’a pas tout à fait tort. Enfin, ça dépend des cas. Car face à la libido pendant la grossesse, toutes les femmes sont différentes. Il y a celles qui ne jurent que par les parties de jambes en l’air, littéralement déchaî­nées et avides de câlins sur l’oreiller, puis il y a celles pour qui c’est l’encé­phalogramme plat, un véritable désert sans le moindre mirage à l’horizon. Sans parler du futur papa qui lui aussi a son mot à dire et peut parfois objecter toute relation intime du moment que le ventre pointe un peu trop. Rassurez votre amie…


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.