Internet : un danger pour votre enfant ?

Accès généralisé, fonctions facilitées et dangers relativisés : Internet se démocratise auprès des plus jeunes, au grand dam de parents qui s’inquiètent des conséquences sur leurs enfants, d’une utilisation abusive de cette technologie souveraine en son époque. Point sur la question.

Internet ? Impossible de s’en passer. Que ce soit pour travailler sur un dossier (une bibliothèque ? À quoi ça sert!), rechercher le numéro d’un pédiatre de proximité (à la benne le bottin !) ou dénicher une bonne recette de tarte tatin (inutile d’appeler Belle-maman), Internet est un facilitateur de vie quotidienne dont on devient tous complètement addicts. Et les chiffres le prouvent ! Selon un sondage Ifop, plus de 8 français sur 10 utilisent Internet. 85% de ces internautes surfent quotidiennement tandis que 73% d’entre eux avouent se sentir démunis sans un clic de souris. Mais dans ce débat, si l’adulte responsable s’en tire à bon compte, l’enfant, plus vulnérable est-il en danger ?

UN CONSTAT SANS APPEL

Internet, c’est une fenêtre sur le monde tout simplement extraordinaire. Aux yeux d’un enfant, c’est la possibilité de découvrir de nouveaux horizons, sans frontières, sans limites. « Les goûts des enfants ont évolué en suivant le rythme des nouvelles technologies, nous explique Grégory Véret, président de Xooloo, moteur de recherche et portail Internet sécurisé pour les plus jeunes. La recherche d’information est toujours leur principale activité en ligne mais l’avènement des réseaux sociaux, de la télévision en différé, des services de vidéo et de musique en ligne sont autant de richesses à faire découvrir pour peu que les enfants soient accompagnés pas à pas ». Mieux vaut ne pas se voiler la face, cette potion magique 2.0, les bambins sont tombés dedans dès leur plus jeune âge. « Les enfants sont nés dans un environnement où la haute technologie fait partie de leur quotidien et où l’utilisation d’Internet s’est banalisée, argumente Grégory Véret. Il faut aussi comprendre que l’arrivée du tactile, si facile d’accès pour les plus petits, a encore abaissé l’âge du premier contact avec les outils numériques ».

Selon une enquête réalisée à échelle internationale publiée dans Le Monde il y a deux ans, 93% des enfants affirmaient déjà s’y connecter au moins une fois par semaine. L’étude révélait également qu’en France, l’âge moyen d’une première connexion avoisinait les 8/9 ans, et que cet âge tendait à diminuer de plus en plus au fil des ans. Un constat qui s’explique notamment par la démocratisation des outils permettant de surfer sur la toile. « Les modes et les lieux de consommation évoluent rapidement. Ordinateurs portables, télévisions connectées, consoles de jeux, smartphones et tablettes numériques ont fait une entrée fracassante dans les maisons et dans les chambres des adolescents et des plus jeunes, poursuit le président de Xooloo. La multiplication des écrans ne facilite naturellement pas les efforts de pédagogie des parents permettant le nécessaire apprentissage progressif des codes et règles pour naviguer en toute sécurité ». La problématique est donc là, trouver le juste équilibre entre nouvelles technologies et pédagogie.

interne

DES RISQUES PERCEPTIBLES

En soit, Internet est-il donc réellement un outil dangereux pour nos enfants ? Il semblerait que ces dernières années, l’opinion publique relativise de plus en plus la chose. Il ne faut pour autant pas baisser sa garde et rester vigilent quant à l’utilisation qui en est faite par nos bouts de chou. « Bien utilisé, Internet est une mine d’informations pour les enfants mais il faut reconnaître qu’Internet n’a pas été à l’origine conçu pour les plus jeunes, poursuit Grégory Véret. Le principal danger réside donc dans l’exposition à des contenus inadaptés voire choquants. Un contrôle parental fiable et la responsabilisation de votre enfant à travers le dialogue permettent de réduire ce risque ». On comprend donc que ce n’est pas tant « l’outil Internet » qui est potentiellement dangereux, mais bien la propagation intempestive de contenus non désirés ou la recherche arbitraire de mots-clés (soyons honnêtes, nos bambins sont parfois un peu trop curieux), les conduisant sur des sites auxquels ils ne devraient pas avoir accès.

L’autre danger pour le moins perceptible de la toile est sans conteste l’avènement des réseaux sociaux, plébiscités de tous. « Sans tomber dans la caricature, il est important pour les parents de rester attentifs aux chats, forums et réseaux sociaux (bien qu’ils soient interdits aux moins de 13 ans), continue le président de Xooloo. Ces derniers sont des espaces d’échange et à ce titre le risque existe d’être mis en relation avec des inconnus ». Et oui, malheureusement nous ne vivons pas dans un monde peuplé de Bisounours et nos enfants, souvent naïfs et vulnérables, peuvent être la cible de personnes peu scrupuleuses et néfastes, capables de les manipuler. D’où un contrôle nécessaire, mais pas seulement, puisqu’il est ici aussi essentiel de sensibiliser nos bouts de chou, en leur expliquant clairement les risques et enjeux de l’Internet.

internet 3

ACTION, RÉACTION !

Vous l’aurez compris, la vigilance est de rigueur. « Parmi les bonnes pratiques, on notera le fait de placer l’ordinateur familial ou la tablette numérique dans le salon ou la salle de jeu plutôt que dans la chambre de l’enfant », nous conseille Grégory Véret. « Installez un logiciel de contrôle parental fiable afin de protéger les différents postes d’ordinateurs ainsi que les téléphones et tablettes auxquels vos enfants ont accès. Xooloo développe depuis 13 ans un logiciel permettant de protéger les enfants et les adolescents sur Internet tout en les préparant progressivement à plus d’autonomie, nous apprend-il. Le haut niveau de sécurité proposé par le contrôle parental Xooloo™ lui a valu d’être classé premier des logiciels de contrôle parental dans le cadre des tests du Ministère de la Famille ». On reconnaît bien évidemment l’excellence de Xooloo mais sachez aussi que d’autres solutions existent. On pense alors à Potati, LE navigateur Web par excellence des tout-petits âgés de 3 à 12 ans, leur permettant une consultation du Web fiable et sécurisée, pour plus de tranquillité. Essayez dans la mesure du possible d’expliquer à votre fripouille un peu décontenancée d’être ainsi « traqué » qu’il ne s’agit là en aucun cas d’une forme d’espionnage (on évite de tomber dans l’excès tout de même), mais d’une protection parentale nécessaire qui conditionne l’accès à Internet dans votre Home Sweet Home.

« Pour autant, un contrôle parental sans pédagogie n’a pas de sens. Dialoguer avec votre enfant, responsabiliser et sensibiliser sur les risques et les comportements à éviter en ligne, réguler sa consommation d’Internet en définissant des plages horaires sont autant de conseils de bon sens mais pourtant essentiels pour garantir la sécurité de votre enfant sur Internet », conclut le spécialiste.

Responsabiliser son enfant aux dangers de l’Internet, émettre des règles de vie intelligibles et respectées, s’offrir les bons services d’un logiciel reconnu et fiable, voilà quelques unes des conditions sine qua none à une utilisation efficace et non dangereuse de cet outil prépondérant de notre quotidien. Internet n’est donc plus un grand méchant loup pour qui sait l’apprivoiser…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Merci de votre visite